Expert Santé

Martine Balandraux Olivet

Docteur, Epidémiologue, Chercheur en nutrition

Classé sous :médecine
A quoi sert la quantité phénoménale d'énergie intellectuelle fournie aux quatre coins de notre planète par des milliers de chercheurs ? Qui a accès aux résultats des recherches ? Ces questions se sont peu à peu imposées à mon parcours scientifique. La réponse est que tout cela n'a de sens que dans le partage avec les autres. Il faut que cela soit accessible au plus grand nombre. Les publications scientifiques ont le tort, selon moi, d'être écrites et publiées de telle manière qu'elles restent inabordables pour la majorité des lecteurs qu'elles pourraient intéresser. Quel dommage ! Les connaissances se diluent dans le temps, parfois disparaissent des années avant de réapparaître plus tard, trouvées de nouveau par d'autres… Pour contrer ce gaspillage, Futura-sciences a trouvé le traitement de choc : la communication directe des chercheurs avec le grand public. Certains parlent de vulgarisation de haut niveau. Tout est simple si on l'explique clairement, selon une construction logique. Le premier livre grand public que j'ai écrit reprend exactement des sujets que j'ai enseignés à des médecins et à d'autres scientifiques ; les méthodes décrites sont celles utilisées en recherche. Seul le choix des mots diffère. Je serais très heureuse d'en recevoir vos commentaires et critiques. Je remercie sincèrement Futura-Sciences de permettre cet échange direct entre nous. Voilà qui donne une vraie raison d'être à mon travail.
Martine Balandraux Olivet, Docteur, Epidémiologue, Chercheur en nutrition

Biographie

  • Fonction actuelle

Conseils en activité physique et nutrition : Consultations individuelles (évaluation et coaching), conférences, séminaires, ateliers de groupe.

Développement personnel, relaxation, communication non violente: Consultations individuelles, conférences et séminaires.

Epidémiologue expert en activité physique et nutrition, consultant pour le Bureau Fédéral des Sports de Magglingen et l'Organisation Mondiale de la Santé.

  • Fonction précédente (Janvier 1995 - Fevrier 2003)

Médecin Associé puis Médecin adjoint agrégé de la Division d'Epidémiologie clinique, Département de Médecine Communautaire, Hôpitaux Universitaires de Genève (Prof A. Morabia, Prof H. Stalder).

Privat Docent de l'Université de Genève (2001-2003).

Responsable des études sur la population de Genève du Bus Santé,

Chargée d'enseignement à la faculté de médecine,

Consultante en épidémiologie clinique,

Responsable des consultations de pathologies professionnelles.

  • Etudes Universitaires

- 1977 Baccalauréat section C (mathématiques), Paris
- 1977-89 Faculté de Médecine, Université Paris V, Hôpital de Cochin
- 1985 Diplôme de fin d'études de médecine générale
1985 Reçue au concours de l'Internat des Hôpitaux de Paris
- 1985-89 Interne des Hôpitaux de Paris.

- 1989 Nommée Chef de Clinique des Hôpitaux de Paris

- 1989 Diplôme de docteur en médecine, spécialiste en Médecine du Travail et Hématologie Clinique.

  • Activités post-graduées

-1989-90 Chef de clinique des Hôpitaux de Paris
- Service d'Hématologie clinique, Hôpital Beaujon, Paris, Prof P. Boivin.
- 1990 Médecin chargé d'étude Institut Romand de Santé au travail, Lausanne. Prof M. Guillemin.
- 1991 Maître-assistant 50%, Institut de Médecine Sociale et Préventive, Faculté de médecine de Genève, Prof Rey, médecin-assistant 50%, Unité d'Epidémiologie clinique, Policlinique de Médecine, Hôpitaux Universitaires de Genève, Prof H. Stalder.
- 1992-95 Chef de clinique, responsable des consultations de pathologies professionnelles, Unité d'Epidémiologie clinique, Policlinique de Médecine, Hôpitaux Universitaires de Genève, Dr A. Morabia, Prof H. Stalder.

  • Formation post-graduée

- 1991, 1992, 1993 Séminaire de Modern Psychoanalysis, Dr Shirley B. Love, Miami, USA.
- 1991 Eléments de statistique à l'usage des Médecins, B. Mermillod, Genève.
- 1991-92 "Survey sampling methods", Professeur Alan Ross, Genève.
- 1992 Johns Hopkins University, Baltimore Summer program in Epidemiology, School of Public Health : "Methods in epidemiology", "Nutritional epidemiology", - "Introduction to biostatistics".
- 1992 Cours post-gradué d'épidémiologie clinique, Genève.
- 1993 Cours post-gradué d'épidémiologie clinique, Genève.
- 1993 Johns Hopkins University, Baltimore Summer program in epidemiology School of hygiene and Public Health : "Advanced Methods in epidemiology", "Case-controls studies", "Methods in biostatistics".
- 1995 Cours post-gradué d'épidémiologie clinique, Genève.
- 1999 Workshop "Writing and Publishing in the Sciences".
- 1999 Workshop "Tobacco smoke, genes and risk of breast cancer".
- 1999 Symposium Coeur et athérosclérose.
- 2002-03 Formation en Guérison du Passé, T.Bernardin, Gardonne France.

  • Titres académiques

- 1985 Interne des Hôpitaux de Paris.
- 1989 Docteur en Médecine. Université Paris V, Paris.
- 1989 Chef de Clinique des Hôpitaux de Paris.
- 2001 Privat Docent à la faculté de médecine de Genève.

  • Spécialités universitaires

Médecine du Travail: Diplôme d'Etudes Spécialisées, filière Santé Publique, Université Paris V.
Hématologie clinique: Paris X.

Epidémiologie clinique: Formation post-grade à Genève et Baltimore (Johns Hopkins)

  • Distinctions

1990 Lauréat de la faculté de médecine, Université Paris V.

  • Thèse de doctorat en médecine

"Hémopathies malignes d'origine professionnelle : Revues de la littérature et application à la méthodologie d'une enquête cas-témoin sur la leucémie à tricholeucocytes". Sept. 1990 Médaille d'argent, Paris

  • Fonctions techniques et scientifiques (1990-2000)

- AMIS (étude des infarctus aigus du myocardes en Suisse, 60 hôpitaux participants) : responsable de l'étude et membre du comité scientifique.
- Membre du conseil de pilotage de l'Intranet des HUG
- Responsable des sites internets du département de médecine communautaire et de la division d'épidémiologie clinique.

  • Quelques publications dans des journaux scientifiques à politique éditoriale (a publié sous Bernstein et Balandraux Olivet)

- BERNSTEIN MS, COSTANZA MC, MORABIA A. Association of physical activity intensity levels with overweight and obesity in a population-based sample of adults. Prev Med. 2004, Vol 38/1: 94-104.

- BERNSTEIN MS, COSTANZA MC, JAMES RW, MORRIS MA, CAMBIEN F, RAOUX S, MORABIA A. No Physical Activity x CETP 1b.-629 Interaction Effects on Lipid Profile. Med Sci Sports Exerc. 2003 Jul;35(7):1124-9.

- BERNSTEIN MS, COSTANZA MC, JAMES RW, MORRIS MA, CAMBIEN F, RAOUX S, MORABIA A. Physical Activity May Modulate Effects of ApoE Genotype on Lipid Profile. Arterioscler Tromb Vasc Biol. 2002;22:133-140

- BERNSTEIN MS. Using the right questionnaire is a crucial step in understanding the connections between physical activity and health. Soz Praventivmed. 2002;47(3):144-5.

- BERNSTEIN MS, COSTANZA MC, MORABIA A. Physical activity of urban adults: a general population survey in Geneva. Sozial-und Präventivmedizin 2001;46:49-59

- BERNSTEIN MS, MORABIA A, SLOUTSKIS D. Definition and Prevalence of Sedentarism in an Urban Population. American Journal of Public Health, 1999;89,6:862-867

- BERNSTEIN MS, SLOUTSKIS D, KUMANYIKA S, SPARTI A, SCHUTZ Y, MORABIA A. Data-based Approach for Developing a Physical Activity Frequency Questionnaire. American Journal of Epidemiology. 1998;147:147-154

- BERNSTEIN MS, MORABIA A, HERITIER S, KATCHATRIAN N. Passive Smoking, active smoking, and education : Their relationship to weight history in women in Geneva. American Journal of Public Health 1996;86,9:1267-1272

- BERNSTEIN M, MORABIA A, COSTANZA MC, LANDIS JR, ROSS A, FLANDRE P, LUONG BL, KUMANYIKA S, SORENSON A, LOCALIO R. Equilibre nutritionnel de l'alimentation de la population adulte résidant à Genève. Sozial-und Präventivmedizin 1994;39:333-344

- BERNSTEIN M, HUOT I, MORABIA A. Développement et validation d'un questionnaire alimentaire semi-quantitatif à partir d'une enquête de population. Rev. Fr. Santé Publ. 1994; 39:345-69.

Métier

Ma vie professionnelle aujourd'hui est tellement l'aboutissement d'un parcours particulier que je commence par l'historique de ce chemin pour me faire comprendre. Pendant des années, j'ai été chercheur hospitalo-universitaire, vissée par passion à mon ordinateur préféré, parfois jour et nuit, travaillant en étroite collaboration avec des statisticiens. Seules les charges obligatoires d'enseignement, aux étudiants en médecine et aux médecins, me sortaient des chiffres, graphiques, évaluations de risque et publications scientifiques qui faisaient mes délices quotidiens. Puis, les aspects administratifs sont devenus plus lourds, ce qui est classique lorsque l'on monte dans la hiérarchie et que l'on doit gérer une équipe. Un aspect particulier de la vie de chercheur est la quête permanente de fonds indispensables pour mener à bien ses objectifs et assurer sa propre pérennité dans le système.

Après 15 ans de recherche, écriture et enseignement dans les hôpitaux universitaires, plusieurs facteurs m'ont poussé à changer de voie. Le premier est mon rôle de maman avec trois enfants en bas âge et une envie profonde de passer plus de temps auprès d'eux. Un autre est lié à un questionnement un peu philosophique du type : « A quoi servent toutes ces recherches, ces immenses dépenses d'énergies ? » Il faut savoir que les résultats de nos études, publiés dans des journaux scientifiques, sont lus par quelques médecins spécialistes.

Les délais entre les découvertes scientifiques et leurs applications pratiques dans la vie de tous (quand il y a applications pratiques) sont souvent de l'ordre de 10 à 15 ans. C'est par exemple ce qui s'est passé avec la découverte des effets du tabagisme passif dans la survenue des allergies et des cancers du poumon et du sein. Les décisions politiques visant à faire connaître ces effets et à protéger la population du tabagisme passif n'ont commencé à se mettre en place que 10 ans plus tard aux USA. Ce délai est d'ailleurs largement dépassé dans plusieurs pays d'Europe qui rechignent à rendre prioritaire les effets sur la santé d'une habitude pourtant redoutable.

Enfin, il me semblait arriver à un palier dans le développement de mes recherches. Tout cela a alors orienté ma vie professionnelle. J'ai donc pris la décision de quitter la grande maison qui m'avait abritée longtemps. De médecin adjoint agrégé des Hôpitaux Universitaires de Genève, je suis devenue ... consultante privée ! Une partie de mon cœur est restée à l'hôpital, le reste est allé respirer d'autres atmosphères.

J'ignorais alors de quoi serait fait exactement mon quotidien professionnel en tant que consultante. Ce quotidien s'est mis en place peu à peu, évoluant encore aujourd'hui, ce qui ne déplait pas à mon intellect expérimentateur. A chaque question, doit être trouvée une solution utile et efficace, sous peine de chômage. En « bon » chercheur, je ne trouve de solution de qualité que si le sujet me passionne. L'instinct guide souvent mon travail, recherches et écrits.

Mes activités peuvent se décrire en plusieurs groupes :

  • Ecriture

Le souhait de faire connaître au grand public les résultats des recherches auxquelles j'avais participé au cours de toutes ces années a donné lieu à la rédaction d'un premier livre destiné au grand public mais basé sur des connaissances scientifiques solides et récentes. Les éditions Flammarion ont tout de suite répondu favorablement au manuscrit et le livre est sorti en Février 2006. C'est une méthode pour pouvoir modifier ses habitudes alimentaires et d'activité physique, de façon autonome. C'est aussi une revue de la littérature scientifique mise à la portée de tous. Cette méthode a été conçue exactement comme je l'aurais fait pour une étude épidémiologique d'intervention dans le cadre des mes activités de recherche. Le titre en est « La méthode MBO (manger, bouger, oublier les régimes) pour maigrir sans régime ». Un deuxième livre est actuellement en cours.

  • Clinique

La partie la plus visible de mon activité est clinique : je reçois
des patients, examine leurs problèmes, et traite au mieux leur demande. Je lie aux consultations individuelles des activités de type atelier, sortes de cours interactif à plusieurs sur l'alimentation et l'activité physique, et des conférences en entreprises ou grand public.

  • Recherche et Formation continue

Il me semble impossible d'avoir été chercheur et de ne pas garder le réflexe permanent de se tenir au courant de tout ce qui se fait et se découvre sur le sujet qui nous passionne. Internet permet l'accès à beaucoup de littérature scientifique et je lis énormément. De ces connaissances découle une partie de ma formation continue et la mise à jour des informations qui seront données dans mes conférences, ateliers, consultations et livres. Je continue à collaborer aux études de certains groupes scientifiques, comme expert ou consultant. Je garde ainsi un pied dans la recherche pure, bon exercice pour les neurones.

  • Aspects administratifs

Ils sont multiples, parfois fastidieux mais pouvant devenir plus légers si on leur trouve une facette amusante. Par exemple, cela ne me déplait pas de mettre à jour mon site internet, de formater des documents pour ma consultation, ou de faire des lettres à mes collègues. Les couleurs, le graphisme sont des outils à ne pas négliger. C'est parfois un jeu informatique que d'essayer de trouver les moyens pour réduire au minimum les taches les plus ennuyeuses en se déchargeant sur la machine.

  • Contacts collègues

Voilà un aspect réduit en temps mais indispensable à mon bon fonctionnement. Cela se passe souvent lors d'un café ou d'un déjeuner rapide. L'échange d'informations et le maintien de contacts amicaux avec ceux qui me comprennent professionnellement est vraiment important. C'est aussi un bonheur quand nous montons à plusieurs une activité clinique (conduite à tenir pour aider un patient au parcours difficile) ou de recherche (protocole d'étude, livres).