La mélisse est une plante herbacée vivace. Elle pousse spontanément dans différentes régions du sud de l'Europe. Sa tige dressée, ramifiée et velue peut atteindre 70 centimètres de haut. Ses feuilles opposées et ovales, ne sont pas sans rappeler celles de la menthe. Cependant, à la différence de cette dernière, la mélisse dégage une odeur... citronnée ! C'est pourquoi elle est parfois appelée « citronnelle ». Les fleurs groupées à la base des feuilles sont blanches, ou roséesrosées.

En phytothérapie, la mélisse peut être utilisée contre les troubles digestifs. Ses feuilles sont récoltées au moment de la floraison, entre juillet et septembre. Puis elles sont séchées à l'airair libre. La mélisse est principalement utilisée sous forme d'infusioninfusion ou en poudre. Ses feuilles contiennent des polyphénolspolyphénols - des flavonoïdesflavonoïdes et des acidesacides phénoliques dont l'acide rosmarinique également présent, dans le romarinromarin - et des taninstanins.

Les vertus antispasmodiques de la mélisse

En raison de son action antispasmodique, la mélisse est essentiellement indiquée dans le traitement des troubles digestifs : digestion lente, ballonnements, renvois, flatulencesflatulences. La plante est également utilisée pour améliorer la qualité du sommeilsommeil. Elle est d'ailleurs à ce titre, souvent associée au tilleultilleul, à l'aubépineaubépine ou à la passiflore. Son action sédative permet en outre de calmer les états « nerveux », le stress, l'anxiété et les troubles de l'humeur. La présence d'acide rosmarinique lui conférerait aussi des vertus contre l'herpèsherpès labial. Mais dans cette indication particulière, elle ne saurait se substituer à un traitement antiviralantiviral approprié. La mélisse enfin, est dénuée de toxicitétoxicité et n'entraîne aucun effet indésirable connu.

Sources :

  • Phytothérapie, la Santé par les plantes, Vidal éditeur ;
  • Plantes médicinales, Gründ