La coloscopie s’intéresse au côlon. © Sebastian Kaulitzki, Fotolia

Santé

Coloscopie

DéfinitionClassé sous :médecine , cancer colorectal , polypes

La coloscopie est une exploration visuelle - réalisée à l'aide d'un endoscope - qui met en évidence d'éventuelles anomalies du côlon. Cet examen est réalisé sous anesthésie générale et dans un service de gastro-entérologie hospitalier, public ou privé.

Pratique de la coloscopie

La coloscopie est l'examen de référence grâce auquel il est possible de visualiser des polypes ou des lésions cancéreuses, dans le cadre d'une recherche de cancer colorectal. Elle permet également d'identifier les causes d'un saignement intestinal, de douleurs abdominales inexpliquées, d'une diarrhée chronique. Elle offre enfin des possibilités de traitement comme l'ablation de polypes. Cet examen s'avère utile pour le suivi de patients ayant des maladies intestinales bien identifiées, ou des facteurs de risque connus : cancer, antécédents de polypes, maladies inflammatoires intestinales...

Déroulement de l’examen

La coloscopie se déroule généralement sous anesthésie générale de courte durée, dite de confort, et après que le côlon a été vidé de ses matières fécales : régime sans résidus les trois jours précédant l'examen, puis absorption d'une solution spécifique destinée à vider le côlon. Ainsi tous les fruits, crus et cuits, toutes les céréales complètes et les viandes fibreuses ou tendineuses devront être exclus. Enfin aucun aliment ne devra être absorbé durant les 4 à 6 heures précédant l'examen. Il est également fortement recommandé de ne pas fumer. Le coloscope est introduit par l'anus jusqu'à la partie proximale du colon, le cæcum, à sa jonction avec l'intestin grêle : la valvule iléo-cæcale. De l'air est insufflé au fur et à mesure de sa progression pour décoller les parois.

Risques éventuels de la coloscopie

La coloscopie est un examen pratiqué de façon courante et ses complications sont rares. Toutefois des cas de perforation des parois du côlon et d'hémorragies ont été observés. Dans les suites de l'examen, l'apparition ou la persistance anormale de douleurs abdominales, de sang rouge ou de selles noires, de fièvre ou de frissons imposent de prévenir le gastro-entérologue. Les risques éventuellement liés à toute anesthésie doivent eux aussi être pris en compte.

Source : Société française d'endoscopie digestive, site consulté le 25 janvier 2011

Cela vous intéressera aussi