Chaque oocyste contient quatre sporozoïtes infectieux. © Kateryna Kon, Adobe Stock

Santé

Cryptosporidiose

DéfinitionClassé sous :maladie , parasitose , cryptosporidium parvum

La cryptosporidiose est une parasitose due au protozoaire microscopique Cryptosporidium. Le parasite vit dans l'intestin de certains mammifères, les bovins essentiellement, ainsi que dans celui de l'Homme. L'espèce Cryptosporidium parvum est la seule à être pathogène pour l'humain. Elle est régulièrement responsable d'épidémies en France, la dernière en date a eu lieu en novembre 2019 dans la région de Grasse.

Le parasite microscopique Cryptosporidium parvum accroché à la muqueuse intestinale (x 11.000). © Alton B. Farris et al.

Transmission de la cryptosporidiose

Le parasite se transmet par de l'eau de boisson contaminée par des fèces d'animaux infectés ou par contact direct avec une surface ou un aliment contaminé. Dans l'environnement, Cryptosporidium parvum est sous forme d'un oocyste, un état physiologique de résistance. Les oocystes résistent à la chaleur et au froid ainsi qu'aux détergents chlorés ce qui le rend très difficile à éradiquer. C'est la forme infectieuse du parasite. Une fois ingérés, les sporozoïtes, la forme mobile du parasite, se libèrent de l'oocyste et infectent l'épithélium intestinal. Ils se répliquent à l'intérieur des cellules et produisent de nouveaux oocystes infectieux qui sont excrétés par l'hôte.

Voici le cycle parasitaire en détail (les lettres et chiffres font référence au schéma ci-dessous) : un oocyste sporulé, contenant quatre sporozoïtes, est excrété par un hôte infecté (1). La contamination se fait généralement via de l'eau de boisson contaminée (2). Après l'infection de l'hôte, les sporozoïtes se libèrent et infectent les cellules épithéliales (a, b, c) de l'intestin. À l'intérieur de ces cellules, les parasites se reproduisent de façon asexuelle (d, e, f) ensuite la reproduction sexuelle (g) produit un microgamont mâle (g) et un macrogamont femelle (h). La fertilisation du macrogamont par des gamètes (i) forme un zygote qui donnera deux types d'oocystes : l'ocoyste à paroi épaisse (j) sécrété dans l'environnement et l'oocyste à paroi fine (k) qui reste sur le corps.

Le cycle parasitaire de Cryptosporidium parvum. © Global Health, Division of Parasitic Diseases and Malaria

Les symptômes de la cryptosporidiose

Les premiers symptômes apparaissent entre un à douze jours après l'infection et peuvent perdurer quinze jours. Les personnes infectées présentent un éventail large de troubles intestinaux comme une diarrhée aiguë, des coliques, des vomissements, une déshydratation ou encore une perte de poids. Certaines personnes ne présentent aucun symptôme, ce sont des porteurs sains, mais peuvent transmettre la maladie.

Cette parasitose est diagnostiquée grâce à un examen des selles où l'on recherche des oocystes. Chez les sujets en bonne santé, la maladie disparaît spontanément. Chez des sujets immuno-déprimés, une infection à Cryptosoridium parvum peut avoir des complications sévères et nécessite un suivi. Pour éviter la propagation de la maladie il faut se laver les mains correctement, après la selle ou après n'importe quel contact avec une surface à risque, et ne pas boire l'eau du robinet si elle est contaminée.

 

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi