L’Imperial College de Londres laisse tomber son vaccin actuel pour se concentrer sur les nouveaux variants

Classé sous :vaccin anti-Covid , Imperial College de Londres , essai clinique

[EN VIDÉO] 5 questions sur la nouvelle variante du coronavirus  Une nouvelle variante du coronavirus SARS-CoV-2 est à l’origine d’une nouvelle vague épidémique en Angleterre. D'où vient-elle ? Est-elle plus virulente, ou plus contagieuse ? Faut-il s'inquiéter ? 

Et un de plus ! Après l'Institut Pasteur et Merck, l'Imperial College de Londres jette l'éponge et annonce qu'il ne procédera pas à la phase 3 de son vaccin en cours de développement. Cette dernière devait se dérouler au Royaume-Uni, mais maintenant que le nouveau variant y est dominant, l'institut estime qu'il n'est plus justifié, « Bien que notre candidat vaccin de première génération contre la Covid-19 ait montré des résultats prometteurs, la situation a changé avec le déploiement rapide de vaccins déjà approuvés », explique Robin Shattock, en charge des maladies infectieuses à l'Imperial College. « Ce n'est pas le bon moment pour commencer un nouvel essai d'efficacité au Royaume-Uni alors que l'accent est mis, à juste titre, sur la vaccination de masse en réponse à la propagation rapide du nouveau variant ». Qui accepterait en effet de se faire piquer avec un vaccin à l'efficacité non prouvée quand de vrais vaccins approuvés sont disponibles ?

C'est bien tout le problème des vaccins encore en cours de développement, qui vont avoir du mal à recruter des volontaires. Contrairement aux premiers vaccins, ils devront de plus faire leurs preuves non pas contre un groupe placebo mais contre les vaccins existants, qui ont placé la barre très haut en matière d'efficacité. Pour se différencier, l'Imperial College mise donc sur un nouveau vaccin à ARN susceptible « d'atteindre des variants contre lesquels les autres vaccins ne seraient pas efficaces », et « répondre aux besoins potentiels de vaccinations de rappels annuels ». L'Imperial College envisage également des partenariats avec Pfizer et Moderna pour des « mises à jour » de leurs vaccins.

L’Imperial College de Londres abandonne l’essai de phase 3 de son futur vaccin anti-Covid. © Imperial College, Twitter