Santé

Homo Floresiensis, espèce unique pour des capacités cognitives développées

ActualitéClassé sous :vie , homo floresiensis , antrophologie

Une publication parue dans la revue Science au début de mois de mars présente le résultat des analyses du crâne de homo floresiensis, le petit homme découvert sur l'île de Flore en Indonésie. Elles semblent montrer qu'il s'agirait d'une espèce unique, dotée de capacités cognitives développées.

Le 28 octobre 2004, une équipe de scientifiques australiens et indonésiens annonçaient la mise à jour, l'année précédente, d'ossements de sept hominidés, parmi lesquels se trouvait le squelette d'une femme presque complet, LB1. Elle mesure environ un mètre, la taille de son crâne, comparable aux chimpanzés ou aux australopithèques, représente environ un tiers de celle des hommes actuels. La communauté scientifique s'interroge alors : s'agit il d'un individu souffrant de microcéphalie, une maladie réduisant la taille du crâne, de pygmées, ou d'une nouvelle espèce d'hominidés aujourd'hui éteinte ?

Photo de la reconstitution du cerveau de LB1 réalisée par Dean Falk et son équipe.

Les analyses du crâne de homo floresiensis menées par Dean Falk, expert de l'évolution du cerveau à l'université de Floride, apportent un éclairage. Le cerveau de LB1, dont la mort remonte à 18 000 ans, a bien sûr disparu de la cavité crânienne, mais il a laissé des empreintes à l'intérieur de la boîte crânienne traduisant la présence de certaines zones. A partir des données issues d'une technique d'imagerie médicale, la tomographie, consistant en un balayage du crâne avec un rayonnement électromagnétique, l'équipe de Falk, en collaboration avec des scientifiques de l'université de Washington, a reconstitué une image tridimensionnelle de la cavité crânienne.

Les résultats indiquent que l'homo floresiensis aurait été doté d'un cerveau évolué, présentant un lobe frontal, impliqué dans la résolution de problèmes, et un lobe temporal, important dans les mécanismes liés à la mémoire, développés. Cette découverte est cohérente avec la découverte sur le site de crânes d'animaux carbonisés indiquant la maîtrise du feu et la pratique de la chasse, et de divers outils, et semble montrer qu'il n'y a pas toujours de lien direct entre la taille du cerveau et l'intelligence.

La taille du crâne de Homo Floresiensis représente 1/3 de celle des humains actuels.

La comparaison du modèle réalisé par les scientifiques et le cerveau d'un malade atteint de microcéphalie a montré peu de ressemblance, et a conduit à rejeter cette hypothèse. La comparaison avec d'autres modèles a montré qu'il se rapproche plus du cerveau d'hominidés anciens, notamment celui d'Homo erectus. Il s'en distingue néanmoins par certaines caractéristiques, comme la position d'une zone impliquée dans l'analyse des informations sensorielles, qui sépare le cortex visuel primaire du reste du cerveau, placée chez homo floresiensis à l'arrière du cerveau, signe d'un développement cérébral avancé.

L'équipe de recherche pense plus que jamais que les individus dont les os ont été découverts appartiennent à une nouvelle espèce, intelligente de surcroît, qui aurait évolué vers une réduction de taille pour s'adapter à son environnement restreint. Ce point de vue n'est pas partagé par l'ensemble de la communauté scientifique. S'il s'avérait exact, cela montrerait que l'évolution n'est pas si linéaire que ce que l'on pensait, et que plusieurs espèces du genre homo auraient coexisté il y a peu de temps.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi