Santé

Féconder des souris avec du sperme congelé, 15 ans plus tard

ActualitéClassé sous :vie , c-da-m , féconder

-

Une équipe du RIKEN de Tsukuba (préfecture d'Ibaraki) a mis en évidence une procédure simple permettant d'utiliser du sperme de souris congelé afin de féconder par la suite des ovules et donner naissance à une portée, même après 15 ans passés à -20°C.

Note : les Bulletins Electroniques (BE) sont un service ADIT et sont accessibles gratuitement sur www.bulletins-electroniques.com

Les souris sont un des modèles vivants les plus utilisés lors des tests en recherche, particulièrement en biologie. Les chercheurs sont parfois amenés à utiliser une race de souris bien définie, spécialement étudiée pour répondre au protocole d'une expérience : par exemple, une souris génétiquement modifiée pour reproduire une maladie humaine. Or le sperme de souris est très sensible à la congélation, que ce soit à -20°C, -80°C ou encore à -196°C (azote liquide); lors de la cryogénisation, les parois cellulaires des spermatozoïdes se rompent, ce qui les détruit. Ainsi, lorsqu'on souhaite partager ces races avec d'autres laboratoires, on est obligé de transporter les animaux vivants, ce qui n'est pas sans occasionner de nombreux problèmes pratiques.

Pour faciliter cet échange, Atsuo OGURA et son équipe ont simplement appliqué une technique de fécondation in-vitro. Ils ont récupéré le nucleus d'un spermatozoïde congelé et l'ont inséré dans un ovocyte grâce la technique d'injection intra-cytoplasmique ("Intracytoplasmic Sperm Injection"), par ailleurs utilisée en cas d'infertilité humaine. Après implantation de l'embryon, la souris a pu donner naissance à une portée dotée d'une partie du matériel génétique du géniteur.

Des souris. Crédits : LEEC-CNRS U2413

Lors de tests complémentaires, les scientifiques se sont rendus compte que cette technique pouvait permettre de "récupérer" des spermes congelés plus ou moins sommairement, voire même transportés entre le Royaume-Uni et le Japon à l'aide de glace "sèche" (glace carbonique). Atsuo OGURA pense même pouvoir un jour appliquer cette méthode à du sperme congelé appartenant à des espèces disparues.

Par Matthieu ROSENBERG.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi