Santé

Le chikungunya est arrivé sur l'Ile de la Réunion

ActualitéClassé sous :vie , albopictus , moustique

-

Le chikungunya est arrivé sur l'île de la Réunion, cette maladie s'est répandue sous la forme d'une épidémie de fièvre. Un système de surveillance spécifique, une information des professionnels de santé et une intensification de la lutte antivectorielle, ont donc été mis en place. Voici plus d'informations :

Aedes albopictus

Il s'agit d'un alphavirus de la famille des Togavirida, proche donc du virus de la fièvre jaune et de la dengue (les vecteurs sont les mêmes : Aedes aegyptii et Aedes albopictus, ce dernier nous concernant directement à la Réunion). Cette maladie est non mortelle, il n'existe ni vaccin ni traitement préventif médicamenteux.

Les symptômes sont : forte fièvre (plus de 39), courbature dans les articulations (souvent des doigts et des genoux) obligeant le malheureux à se déplacer courbé d'où le nom chikungunya en swali (« celui qui marche courbé »), aussi pour certains une éruption cutanée de plaques rouges. Cette éruption est plutôt bon signe car c'est un signe de drainage par la peau de la maladie, les personnes avec une éruption ont une rémission plus rapide.

Des hémorragies bénignes sont possibles, surtout chez les enfants; les infections asymptomatiques sont fréquentes ; l'immunité est durable

Informations sur la contagiosité du malade :

Repères historiques : une épidémie d'infection à Chikungunya sévit aux Comores depuis le début de l'année 2005. Au 10 avril 2005, 4369 cas on été rapportés sur l'île de Grande Comore. En métropole, plusieurs cas confirmés en provenance des Comores ont été signalés à Marseille. Une centaine de cas confirmés et environ 600 cas suspects ont été identifiés à la Réunion fin mai 2005. Actuellement 4000 cas sont signalés sur l'île.

En l'état actuel de la connaissance de cette « nouvelle » maladie (pour info elle avait déjà été répertoriée en 1953-54 en Afrique), les médecins restent prudents et estiment à 15 jours 3 semaines la période pendant laquelle le malade est contagieux (transmission au vecteur). Prenez donc un bon mois, surtout pour les femmes enceintes qui ont un risque non négligeable pour leur progéniture en cas d'attaque.

Les moustiques, sauf en période de forts vents, ont un rayon d'action de l'ordre de 50m.

Concernant le moustique vecteur, quelques données générales sur le moustique :

Pour le genre Aedes :

- 10 à 300 oeufs par ponte ;
- éclosion 2 à 3 jours après la ponte ;
- stade larvaire : entre 4 et 10 jours ;
- stade nymphe pendant 2 à 10 jours ;

Jusque là, tout se passe dans l'eau.

Le stade imago ("adulte") dure entre 1 et 2 mois, ce qui laisse le temps à la femelle d'effectuer plusieurs cycles de reproduction et bien sur de transmettre le virus si elle infectée.

Sinon, Aedes albopictus a un cycle de reproduction plutôt court (environ 1 semaine entre la ponte et l'adulte) et de très faibles volumes d'eau lui suffisent. Il est très agressif et pique pendant la journée et au crépuscule, la plupart du temps à l'extérieur des maisons, contrairement au genre Culex qui pique la nuit et à l'intérieur des maisons. Ce comportement explique certainement la propagation rapide du virus car il peut suivre les personnes dans les véhicules et se disséminer ainsi facilement.

Pour le reconnaître, rien de plus simple : il est sombre, tacheté de blanc ("albopictus"), d'où son nom "Moustique tigre". Si vous ne l'avez pas complètement explosé, il est facile de le reconnaître, notamment au niveau de ses pattes arrières nettement rayées blanc et noir (ou noir et blanc...).

Mesures de contrôle :

Un système de surveillance spécifique ainsi que de mesures de contrôle ont été mis en place depuis le début avril à la Réunion avec notamment :

- une intensification de la lutte antivectorielle dans les zones de transmission reposant sur des désinsectisations imagocides autour des cas ;

- une protection individuelle contre les piqûres et l'élimination de tous les récipients pouvant contenir de l'eau est conseillée à la population.

Une collaboration effective existe entre la DRASS et l'Education nationale (cycles de conférences pour les enseignants et élaboration commune d'une valise pédagogique est en cours de réflexion)

En conclusion, sortez couvert (de répulsif).

Cela vous intéressera aussi