Santé

En bref : le chikungunya de retour à La Réunion

ActualitéClassé sous :médecine , Chikungunya , La Réunion

Après une réapparition à Madagascar en février et 25 cas confirmés depuis un mois à La Réunion, le « chik » semble reprendre sa tournée dans l'Océan Indien.

Une femelle de moustique Aedes (Aedes albopictus) en plein repas. Cette modeste prise de sang pourrait être inoffensive mais l'insecte injecte au préalable de la salive contenant un anti-coagulant, ce qui facilite le pompage. Outre que cet additif provoque une réaction immunitaire causant des démangeaisons, la salive peut transporter un parasite, comme le plasmodium (l'agent du paludisme par exemple) ou un virus (cas de la dengue et du chikungunya). © James Gathany / Licence Commons

« 25 cas confirmés, 7 probables » : c'est le bilan actuel de la résurgence de chikungunya sur l'île de La Réunion. La plupart des cas se sont déclarés tout près de Saint-Paul, à l'ouest de l'île.

Cette maladie d'origine virale, transmise par un moustique (Aedes albopictus), provoque une grosse fièvre, de fortes douleurs aux articulations, des nausées et des vomissements. Elle revient épisodiquement et devient parfois une véritable épidémie. Entre décembre 2005 et décembre 2006, le chik avait touché quelque 266.000 personnes avaient été atteintes et 250 personnes en sont mortes.

La Cire (Cellule interrégionale d'épidémiologie Réunion-Mayotte) effectue des bilans réguliers sur les alertes en cours. La jeune Agence régionale de santé (ARS) a publié le premier bilan détaillé de l'alerte de chikungunya. Des mesures d'informations sont déjà engagées et une opération Kass'Moustik sera organisée les 24 et 25 avril.

Cela vous intéressera aussi