Au paléolithique supérieur, il y a quelque 22 000 ans, des hommes auraient cuit du pain à partir de céréales sauvages.
Cela vous intéressera aussi

C'est sur une rive du lac de Tibériade (lac du Nord d'Israël, à la frontière avec la Syrie), qu'une équipe de préhistoriens israéliens et américains a découvert dans le campement paléolithique d'Ohalo, un espace qui semble avoir été réservé à la cuisine. Ce site est généralement submergé par les eaux du lac, ce qui permet aux matériaux organiques de se conserver dans les sédimentssédiments humides.

Parmi les éléments du campement, les chercheurs ont découvert de nombreux grains d'orgeorge sauvage (Hordeum spontaneum) et de bléblé sauvage (Triticum dicoccoïdes). Il s'agit du plus ancien témoignage de l'utilisation de céréalescéréales dans l'alimentation humaine.

Plusieurs dizaines de fragments de graines apparentées à l'orge et au blé sauvage ont été retrouvés incrustés sur une pierre de basaltebasalte juchée sur des galets qui semble bien avoir servi à moudre ces grains. 505 grains d'orge ont d'ailleurs été retrouvés autour de ce "plan de travail".

Plusieurs ensembles de pierres brûlées recouvertes de cendre ont également été découverts à proximité de la pierre basaltiquebasaltique et s'il s'agit de restes de fours, il n'est pas incongru de penser que ces hommes faisaient cuire une sorte de pain.

La préparation et la consommation du pain seraient donc antérieures d'environ 10 000 ans à l'invention de l'agricultureagriculture qui pourrait avoir eu lieu vers 10 000 av. JC dans cette même région*.

(*) L'apparition de l'agriculture est attestée aux environs de 7.700 av J.C. par les restes des premiers champs et la présence de blé amidonnier (donc sélectionné).
Vers -10.000, apparaissent les premières maisons (civilisation de Natouf) et on suppose donc que l'agriculture s'est développée entre -10.000 et -7.700.