De nombreux variants du gène APP ont été trouvés dans des cerveaux Alzheimer. © whitehoune, Fotolia

Santé

Les neurones du cerveau sont capables de modifier leur ADN !

Actualité

Pour la première fois, une étude montre l’existence de recombinaisons génétiques dans le cerveau. Le processus qui utiliserait une enzyme transcriptase inverse peut générer des milliers de variants du gène APP, qui est impliqué dans la maladie d’Alzheimer.

Des scientifiques du Sanford Burnham Prebys Medical Discovery Institute, un centre de recherche de San Diego (Californie), ont trouvé que des recombinaisons génétiques pouvaient avoir lieu dans des neurones. L’étude parue dans Nature s’est intéressée au gène APP qui code pour le précurseur de l’amyloïde, la protéine qui a tendance à s’accumuler dans les cerveaux des patients atteints d’Alzheimer.

Dans cette recherche, tous les échantillons de cerveaux Alzheimer étudiés contenaient de nombreux variants du gène APP, plus que ce que l’on pouvait trouver dans des cerveaux normaux. Parmi ces variants, il y avait notamment onze mutations connues pour favoriser des formes familiales de la maladie d’Alzheimer.

De nombreuses variations du gène APP grâce à une transcriptase inverse

Pour modifier le génome des cellules, il fallait qu’aient lieu deux étapes : une rétrotranscription (la synthèse d’un ADN à partir d’un ARN) et la réinsertion du variant génétique dans le génome. La rétrotranscription nécessite une enzyme, la transcriptase inverse, un type d’enzyme trouvé chez les rétrovirus comme le VIH. Cette enzyme n’est pas très fiable, elle fait beaucoup d’erreurs, d’où la possibilité de mutations. Ces résultats suggèrent donc que des médicaments antirétroviraux pourraient être efficaces contre la maladie d’Alzheimer !

La recombinaison génétique est un processus connu dans les cellules germinales, mais aussi dans les cellules immunitaires comme les lymphocytes B. C’est la première fois qu’elle est identifiée dans le cerveau. D’après Jerold Chun, auteur de ces travaux, cette recombinaison génétique serait à la fois « un processus normal pour le cerveau et un processus qui se passe mal dans la maladie d’Alzheimer. »

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Un implant révolutionnaire pour éviter la maladie d’Alzheimer  La maladie d’Alzheimer attaque progressivement les neurones, provoquant tout d’abord des troubles de la mémoire jusqu’à la perte des fonctions autonomes puis la mort. Des chercheurs de l’EPFL (École Polytechnique Fédérale de Lausanne), en Suisse, ont développé une capsule qui pourrait protéger les neurones et enrayer la maladie. Voici son fonctionnement présenté en vidéo.