Le « bain de forêt », ou sylvothérapie, vient du Japon. Est-ce seulement une nouvelle mode ? © Christoph, Fotolia

Santé

Sylvothérapie : 4 bonnes raisons d'essayer un « bain de forêt »

ActualitéClassé sous :médecine , arbre , forêt

Envie de déstresser, de vous échapper de la ville et de prendre un bol d'air frais ? La sylvothérapie, ou « bain de forêt », est faite pour vous ! Les excursions dans la nature apporteraient différents bénéfices pour la santé, réduisant l'hormone du stress, le rythme cardiaque ou stimulant l'immunité.

La sylvothérapie, ou thérapie par les arbres, nous vient du Japon, où elle est communément appelée « Shinrin-Yoku ». Cette pratique traditionnelle consiste à s'immerger dans la nature et à faire travailler ses sens au contact de la forêt. Le « bain de forêt » a fait l'objet de nombreuses études scientifiques, surtout au Japon. En voici les résultats les plus marquants.

1. Bonne pour la santé mentale

La sylvothérapie aide à réduire le stress. En 2007, des chercheurs de l'université de Kyoto ont étudié 498 personnes en bonne santé. Un jour, les participants faisaient deux promenades en forêt. Les données étaient comparées avec un jour témoin, grâce à des questionnaires testant l'humeur. Les scores liés à la dépression diminuaient significativement le jour où les participants allaient en forêt.

Dans d'autres travaux, il a été montré que les niveaux de cortisol diminuaient dans la salive des participants quand ils avaient fait une balade en forêt. En forêt, les arbres libèrent des molécules volatiles, les phytoncides, comme l'alpha-pinène, qui pourraient avoir un effet antistress.

2. Bonne pour la santé cardiovasculaire

Différentes études se sont penchées sur l'effet de la thérapie par la nature sur les paramètres cardiovasculaires. Par exemple, une recherche parue en 2015 a suivi 17 femmes japonaises qui participaient à un programme de sylvothérapie. L'étude a révélé une baisse significative de leur rythme cardiaque grâce au bain de forêt.

Dans une autre étude plus importante, comprenant 420 étudiants répartis dans 35 localités, les chercheurs ont demandé à la moitié d'entre eux d'aller faire un tour en forêt ou en ville. Le lendemain, les groupes ont été inversés : ceux qui étaient allés en ville sont partis en forêt et vice versa. En moyenne, les participants ont marché un quart d'heure et sont restés un quart d'heure assis à observer le paysage. L'expérience a montré que l'environnement forestier favorise une pression sanguine plus faible. Le bain de forêt réduit le rythme cardiaque et la pression artérielle, ce qui limite le risque cardiovasculaire.

Le bain de forêt réduit la pression artérielle et le rythme du cœur, deux effets favorables à la santé cardiovasculaire. © adga94foto, Fotolia

3. Bonne pour la glycémie

Dans une étude de l’université d’Hokkaido, des patients souffrant de diabète de type 2 devaient marcher 3 ou 6 km dans la forêt, lors de différentes sessions. L'expérience a montré que la marche dans la forêt réduisait la glycémie et le niveau d'hémoglobine glyquée. La dépense énergétique liée à la marche peut jouer un rôle.

4. Bonne pour l'immunité

Le bain de forêt a un effet sur certaines cellules du système immunitaire : les natural killers, ou cellules NK. Ainsi, toujours dans une étude japonaise, 13 femmes en bonne santé ont passé deux jours et deux nuits en forêt, ce qui a augmenté de manière significative l'activité et le nombre de cellules NK. L'augmentation de l'activité de ces cellules immunitaires a duré sept jours après le moment passé en forêt.

  • La sylvothérapie, ou thérapie par les arbres, permet de se relaxer et de réduire son stress.
  • Elle diminue les niveaux de cortisol, l’hormone du stress.
  • Les balades en forêt réduisent le rythme cardiaque, la pression artérielle et la glycémie.
  • Le « bain de forêt » stimule l’activité de certaines cellules immunitaires.
Cela vous intéressera aussi

« L'Intelligence des arbres » : le réseau social de la forêt  Des isotopes du carbone ont servi à démontrer que deux espèces des forêts canadiennes, le sapin de Douglas et le bouleau, échangent des molécules par leurs racines. Les arbres d’une forêt sont des êtres sociaux et la communication entre eux leur est bénéfique.