Le secteur de la e-santé est un secteur florissant qui profite aux développeurs d'applications : quelque 90.000 solutions de cybersanté ont vu le jour rien que cette année, soit 250 par jour. Le hic est que bien peu font l'objet d'une validation clinique. Des chercheurs français ont conçu un outil de notation multidomaine qui permet de les évaluer.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] La médecine est-elle en train de rattraper la science-fiction ? Certaines évolutions récentes de la médecine peuvent rappeler ce que l'on peut lire ou voir dans des ouvrages ou des films de science-fiction.

Les applicationsapplications d'e-santé sont-elles fiables ? Elles représentent un véritable filonfilon et leur nombre est exponentiel sur les plateformes de téléchargements. Pourtant, seules 21 % d'entre elles font l'objet d'une validation médicale avant leur mise en ligne, selon une étude française. La santé numériquenumérique est en pleine croissance.

Sur les interfaces IOS et AndroidAndroid, le nombre d'applications dédiées à la e-santé a doublé entre 2013 et 2020, atteignant les 327.000 applications. Sur la seule année 2020, « plus de 250 solutions e-santé étaient ajoutées aux magasins d'applications chaque jour, soit 90.000 dans l'année », expliquent les chercheurs dans leur étude publiée dans le Journal Of Medecine

Mais attention, toutes ne se valent pas. Selon les spécialistes, 64 % des applications ne sont pas soumises à des validations scientifiques avant d'être accessibles. Seules 21 % des applications ont fait l'objet d'une étude randomisée, soit le plus haut degré pour démontrer leur efficacité. 

Faut-il se méfier des appli de cybersanté qui fleurissent dans les appstores ? Bien peu d'entre elles ont été validées par des professionnels de santé avant leur mise en ligne. © DenPhoto, Adobe Stock
Faut-il se méfier des appli de cybersanté qui fleurissent dans les appstores ? Bien peu d'entre elles ont été validées par des professionnels de santé avant leur mise en ligne. © DenPhoto, Adobe Stock

« Une nette marge d'amélioration »

Pour mener à bien leur étude, les chercheurs ont créé un outil de notation baptisé Medical Digital Solution (MDS), composé de 26 questions. Il est basé sur des critères reconnus comme ceux de la Haute Autorité de santé (HAS) et de la Société européenne d'oncologie médicale (ESMO). Il s'adresse aux développeurs, aux investisseurs et aux décideurs hospitaliers. Via le réseau socialréseau social Linkedin, les spécialistes ont fait parvenir ce questionnaire aux développeurs.

Au total, 68 applications ont été évaluées. Parmi elles, 22 % sont des applications d'oncologie et 22 % des solutions de santé générale ; 47 % des applications reposent sur la télésurveillancetélésurveillance par des professionnels de santé. 

« Notre étude montre qu'il y a une nette marge d'amélioration ! Les associations de patients veulent des informations transparentes sur l'utilité clinique de ces outils et elles ont bien raison. Il faut que les évaluations soient renforcées, notamment pour les développeurs qui demandent le remboursement de leur appli », souligne le Pr Denis, président de l'Institut national de l'e-santé à l'origine de cette étude.