Une étude a trouvé que la maladie de Lyme n'est confirmée que chez 10 % des patients qui consultent pour une suspicion de cette maladie. Les auteurs soulignent que beaucoup de traitements antibiotiques sont inutiles.
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Quelles sont les différences entre bactéries et virus ? Ce sont des microbes. Ils sont tout petits et on les confond assez facilement. Pourtant, bactéries et virus sont deux choses bien différentes. Et pour lutter efficacement contre ceux qui provoquent des maladies, mieux vaut les identifier clairement.

La maladie de Lyme, due à une bactériebactérie transmise par des tiques infectées, est suspectée chez un grand nombre de patients souffrant de symptômessymptômes chroniques inexpliqués, comme la fatigue, des problèmes de concentration et de mémoire, des maux de tête, des douleursdouleurs articulaires ou musculaires.

Une étude pilotée par le professeur Éric Caumes, du service des maladies infectieuses de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris, AP-HP), a porté sur plus de 300 patients qui ont consulté entre janvier 2014 et décembre 2017 pour une suspicion de maladie de Lymemaladie de Lyme. Dans la grande majorité des cas, les patients étaient considérés comme atteints de la maladie de Lyme s'ils réunissaient quatre critères :

  • une exposition à une tique ;
  • des signes cliniques caractéristiques de cette pathologiepathologie ;
  • des tests sanguins positifs ;
  • une guérisonguérison après l'administration d'un traitement antibiotique adapté.

Une approche globale dite « holistique » a été utilisée pour tenir compte de caractéristiques variables selon les patients (âge, sexe, historique de la maladie, signes cliniques, symptômes, antibiotiquesantibiotiques reçus, résultats des tests, dont les tests sérologiques pour la maladie de Lyme...). Au final, le diagnosticdiagnostic de la maladie de Lyme a été confirmé chez 9,6 % des patients et jugé possible pour 2,9 %.

En cas de suspicion de la maladie de Lyme, des antibiotiques sont prescrits pour contrer la bactérie. © jovkovski1969, Fotolia

En cas de suspicion de la maladie de Lyme, des antibiotiques sont prescrits pour contrer la bactérie. © jovkovski1969, Fotolia

L'intérêt des traitements antibiotiques remis en cause

Une autre maladie a été diagnostiquée chez 80 % des patients : il s'agit principalement de problèmes psychologiques (31,2 %), de maladies rhumatologiques ou musculaires (19 %), de maladies neurologiquesmaladies neurologiques (15,2 %) ou d'autres maladies (33,7 %), dont un nombre non négligeable de syndromessyndromes d'apnée du sommeilapnée du sommeil, a ajouté lundi l'Assistance publique des hôpitaux de Paris dans un communiqué. Les patients avec d'autres maladies que celle de Lyme étaient significativement plus jeunes, avaient plus de symptômes, moins de signes physiquesphysiques (objectifs), une plus longue duréedurée d'évolution et moins souvent des tests sanguins Lyme positifs.

De surcroît, dès la première consultation, la moitié des patients avaient déjà reçu des antibiotiques voire d'autres anti-infectieux (antiparasitaires, antifongiquesantifongiques, antivirauxantiviraux) pour rien, à raison d'un à vingt-deux traitements différents par patient, et sur une durée allant de 28 jours à 730 jours (médiane 34 jours).

« Le surdiagnostic et le traitement excessif de la maladie de Lyme s'aggravent et les autorités sanitaires devraient enquêter sur ce phénomène », écrivent les auteurs de ce travail (AP-HP, Inserm, Sorbonne université) dans un article récemment paru dans la revue spécialisée Clinical Infectious Diseases.

De telles prescriptions, à l'heure de l'ultra-résistance d'agents pathogènespathogènes aux antibiotiques, sont peu admissibles car elles n'ont « aucune justification », note l'AP-HP. « L'ensemble des études ayant cherché à évaluer correctement l'intérêt d'une antibiothérapie prolongée dans la maladie de Lyme n'ayant montré aucun bénéfice pour les malades », ajoute-t-elle. La prise en charge de ces patients nécessiterait une approche multidisciplinaire : expertise psychologique, neurologique, rhumatologique, infectiologique et interniste (spécialité polyvalente).