L'endométriose est une maladie courante. Cependant, ses traitements actuels se limitent à des agents hormonaux qui peuvent soulager la douleur, mais qui ne la guérissent pas. Un médicament à base d’anticorps a montré ses preuves chez des singes en tant que modificateur de la maladie.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Réduire la douleur grâce à un champ magnétique ? Dans cette vidéo de l'Inserm, de la série « Boîte noire », la douleur est...

Un nouveau traitement par anticorps contre l'endométrioseendométriose a permis de réduire sans chirurgie les lésions de la maladie, ainsi que la fibrose associée. Testée uniquement sur des singes, la recherche est actuellement soumise à la relecture par des pairs.

L'étude d'échantillons d'endométriose humaine a montré que la progression de la maladie était associée au développement de l'inflammationinflammation et de la fibrose. En outre, les niveaux d'une moléculemolécule de signalisation appelée interleukine-8 (IL-8), un acteur majeur de la réponse inflammatoire de l'organisme, étaient fortement régulés à la hausse dans les tissus endométriosiques. À partir de cette observation, les chercheurs ont mis au point un traitement par anticorps (appelé AMY109) qui se lie à la signalisation de l'IL-8 et la bloque.

Le traitement par anticorps AMY109 a réduit la taille des lésions d'endométriose et les marqueurs de fibrose par rapport au contrôle (rangée du haut) à six mois. © Nishimoto-Kakiuchi <em>et al., Science Translational Medicine</em>, 2023
Le traitement par anticorps AMY109 a réduit la taille des lésions d'endométriose et les marqueurs de fibrose par rapport au contrôle (rangée du haut) à six mois. © Nishimoto-Kakiuchi et al., Science Translational Medicine, 2023

Des résultats préliminaires à tester sur l’humain

Chez deux des quatre singes atteints par une endométriose spontanée, le blocage de l'IL-8 par l'anticorps anti-IL-8 a réduit la taille des lésions, la fibrose et les adhérences. Les auteurs ont ensuite développé un anticorps plus puissant pouvant être administré par injection sous-cutanée mensuelle. En testant deux doses différentes par rapport à un témoin, ils ont constaté le même effet chez des singes ayant subi une implantation chirurgicale de tissu endométrial, afin d'imiter la condition humaine.

Si le possible lien entre l'IL-8 et l'endométriose devra faire l'objet d'une étude plus approfondie, « AMY109 pourrait représenter une thérapiethérapie modificatrice de la maladie pour les patientes atteintes d'endométriose », concluent les chercheurs à partir de ces résultats préliminaires.