La communauté scientifique s'étant accordée pour considérer que le SARS-CoV-2 se diffusait principalement dans l'air, l'étau se resserre désormais autour de la meilleure façon de porter le masque ou de la rendre plus efficace. Une nouvelle étude des CDC confirme que le masque est d'autant plus efficient lorsqu'il est bien ajusté au visage ou s'il est porté en double. 

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Un dispositif pour tester l'efficacité des masques Des chercheurs ont mis au point un dispositif simple et peu coûteux afin de tester l'efficacité des masques sur la rétention des gouttelettes.

Le port de deux masques superposés ou d'un masque chirurgical très ajusté offre une protection renforcée contre la diffusiondiffusion dans l'airair du coronaviruscoronavirus, selon une étude des autorités sanitaires américaines rendue publique mercredi. Le masque réduit de manière importante l'expiration de gouttelettes de la part des personnes infectées et réduit l'exposition à ces particules des personnes non contaminées, rappellent les Centres américains de prévention et de lutte contre les maladies (Centers for Disease Control and Prevention ou CDCCDC) dans cette étude.

Mais les masques en tissu et les masques chirurgicaux sont plus lâches que les masques KN95 (ou FFP2), ce qui augmente le risque que l'air s'échappe par les côtés. En janvier, les Centres américains de préventionprévention et de lutte contre les maladies ont fait des simulations en laboratoire sur la réduction des fuites avec un masque en tissu superposé à un masque chirurgical, puis avec un masque chirurgical aux élastiques noués près des bords qui sont repliés vers l'intérieur.

Alors que le masque chirurgical non-noué et le masque en tissu ne bloquent que 42 et 44,3 % respectivement des aérosolsaérosols dispersés par une toux, la combinaison des deux monte à 92,5 % de protection. Dans une autre expérience, l'exposition à une personne infectée non masquée est réduite de 83 % avec un double masque et de 64,5 % avec un masque noué sur le visage ou en plastiqueplastique, ou un cache-cou en nylonnylon porté sur un masque chirurgical.

Mal ajusté, le masque laisse s'échapper des microgouttelettes. © <em>Centers for Disease Control and Prevention</em> (CDC)
Mal ajusté, le masque laisse s'échapper des microgouttelettes. © Centers for Disease Control and Prevention (CDC)

Une meilleure protection contre les nouveaux variants

« Cela veut dire que ces masques marchent et qu'ils marchent le mieux quand ils sont ajustés et portés correctement », a déclaré Rochelle Walensky, la directrice des CDC, lors d'un point-presse. Les CDC vont actualiser leurs informations au public sur les masques avec ces nouvelles options. Alors que de nouveaux variants plus contagieuxcontagieux du coronavirus se répandent aux États-Unis, ces expériences confortent de précédentes études sur la nécessité de porter des masques de meilleure qualité, respectant des normes plus strictes ou des masques superposés.

 Portés en double ou ajustés, les masques renforcent ainsi la protection contre la Covid-19. © Alexandr, Adobe Stock
 Portés en double ou ajustés, les masques renforcent ainsi la protection contre la Covid-19. © Alexandr, Adobe Stock

La communauté scientifique convient aujourd'hui que le virusvirus est principalement diffusé dans l'air, et il existe de plus en plus de preuves que de très fines gouttelettes peuvent être projetées jusqu'à plusieurs mètres lorsque quelqu'un parle ou respire.

« Les recherches ont montré que les infections et les décès dus au Covid-19Covid-19 baissent » grâce au port du masque généralisé, a ajouté Mme Walensky. « Avec des contaminationscontaminations, des hospitalisations et des décès encore très élevés, ce n'est pas le moment de renoncer au masque ». Les États-Unis sont le pays le plus endeuillé par la Covid-19 avec plus de 468.000 morts.