La pandémie de Covid-19 recule-t-elle à l'échelle mondiale ? © denisismagilov, Adobe Stock
Santé

La pandémie de Covid-19 est-elle en train de reculer ?

ActualitéClassé sous :Coronavirus , Pandémie , variant du SARS-CoV-2

-

[EN VIDÉO] Coronavirus : comment la pandémie va évoluer en 2021 ?  En 2020, le coronavirus s’est révélé imprévisible. Vaccination, mutations, traitements et évolution de l'épidémie : qu’a-t-on appris de la science qui pourrait permettre de prédire 2021 ? © Futura 

En France, le nombre de nouveaux cas de Covid-19 détectés stagne et, à l'échelle mondiale, ils déclinent. Une bonne nouvelle un peu assombrie par l'évolution des variants du coronavirus. Explications.

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) suit la progression de l'épidémie de la Covid-19 à l'échelle mondiale grâce aux données recueillies par les pays adhérents. Elle publie chaque semaine un point épidémiologique résumant la situation et le dernier en date apporte une nouvelle encourageante : l'épidémie recule à l'échelle mondiale. La semaine du 8 février 2021, 2,7 millions de nouveaux cas de Covid-19 ont été recensés. Un chiffre qui fait froid dans le dos, mais qui est en baisse de 16 % par rapport à la première semaine de février. Le nombre de morts est également en baisse de 10 % avec 81.000 décès dénombrés dans le monde.

Des bonnes nouvelles qui sont à nuancer avec l'évolution des cas de variants anglais, sud-africain et brésilien. Si l'épidémie de Covid-19 poursuit son déclin, ces derniers, quant à eux, gagnent du terrain.

Le nombre de cas de Covid-19 pour 100.000 habitants dans le monde entre le 8 et le 14 février 2021. © OMS

Moins de cas, mais des variants en progression

Le variant anglais est désormais présent dans 94 pays. Il en a conquis 8 de plus en l'espace d'une semaine, tous les continents sont concernés même l'Afrique, relativement épargnée par la pandémie, puisqu'il a été identifié au Maroc et au Nigéria. Sa transmission locale a été confirmée dans au moins 47 pays. Le rapport de l'OMS s'inquiète particulièrement du cas des pays européens où les mesures sanitaires ont permis de réduire le nombre de nouveaux cas, mais pas la circulation du variant anglais.

Le variant sud-africain a conquis deux nouveaux pays, il est donc présent dans 46 pays. Sa présence a été confirmée dans les pays d'Amérique du Nord, du sud-est de l'Afrique, la Chine, l'Australie, la Nouvelle-Zélande et les pays de l'Europe de l'Ouest.

Enfin, le variant brésilien, moins fréquent, poursuit aussi son expansion. Il est désormais identifié dans 21 pays, soit 6 de plus que la première semaine de février. Il se propage en Amérique du Nord et du Sud, en Europe et au Japon.

Pour lutter contre l'expansion des variants du coronavirus, les vaccins apparaissent comme nos meilleurs alliés. L'efficacité contre le variant anglais a été attestée pour les vaccins de Pfizer et Moderna mais ces derniers s'avèrent moins performants contre le variant sud-africain et leur efficacité n'a pas été testée contre le variant brésilien.

Le docteur Tedros Ghrebeyeus, directeur général de l'OMS, a déclaré le 11 février dernier que « nous devons être prêts à nous adapter pour que les vaccins restent efficaces, comme nous le faisons avec les vaccins contre la grippe, qui sont mis à jour deux fois par an. Les fabricants devront s'ajuster à l'évolution du virus en tenant compte des derniers variants pour les futures injections, y compris les rappels ».

Par ailleurs, les laboratoires habituellement impliqués dans la surveillance des virus grippaux, qui forment un réseau mondial appelé Global Influenza Surveillance and Response System (GISR), ont été mis à contribution pour traquer le SARS-CoV-2 et ses variants dans les pays participants. 

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !