Depuis plusieurs mois maintenant, les salles de spectacle sont vides. Pour lutter contre la propagation du coronavirus responsable de la pandémie de Covid-19. Mais Dassault Systèmes montre, avec l’exemple de la Philhamonie de Paris, que les simulations peuvent aider à rouvrir ces salles en toute sécurité. © DeshaCAM, Adobe Stock
Santé

Covid-19 : des modélisations 3D montrent comment optimiser la sécurité sanitaire dans les salles de spectacle

ActualitéClassé sous :Coronavirus , Covid-19 , Dassault Systèmes

-

Pour ralentir la propagation de la Covid-19, la France a décidé de fermer ses lieux culturels jusqu'à nouvel ordre. Mais Dassault Systèmes assure que la technologie pourrait aider à optimiser la sécurité sanitaire dans les salles de spectacle. Le spécialiste de la modélisation 3D en fait la démonstration avec la Philharmonie de Paris.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Comment voyage la Covid-19 dans un bureau doté d'air conditionné ?  Alors que le déconfinement commence à prendre place, de nouvelles simulations émergent, offrant un aperçu de la manière dont le virus pourrait circuler dans un bureau doté d'air conditionné. 

Les salles de spectacles sont des lieux de propagation du coronavirus responsable de la pandémie de Covid-19, avance le gouvernement. Des mesures peuvent être prises pour limiter les risques, assurent les gérants desdites salles. Ceux de la Philharmonie de Paris sont allés plus loin. Ils se sont associés à Dassault Systèmes pour modéliser les risques d'infection dans la Grande salle Pierre Boulez.

Les simulations 3D, menées sur une salle remplie au maximum de sa capacité, ont permis de comprendre comment l'air circule dans la salle, depuis les deuxièmes balcons jusqu'au parterre et à l'orchestre - assez efficacement isolé des spectateurs en la matière. Et de visualiser la propagation de particules virales aux spectateurs et aux musiciens en fonction de différents scénarios.

Les simulations 3D de Dassault Systèmes montrent que le port d'un masque ajusté dans la Grande salle de la Philharmonie de Paris protège efficacement les spectateurs d'une contamination au coronavirus. © Philharmonie de Paris.

La technologie au service de la santé

Premier constat : à l'entrée de la salle, port du masque et distanciation physique apparaissent comme des mesures préventives efficaces. À l'intérieur, le système de ventilation de la salle réduit naturellement le risque de contamination. Le flux d'air neuf arrive en effet dans le dos des spectateurs - et des musiciens - et les mouvements latéraux sont faibles. En fait, les dimensions et l'architecture particulière de cette Grande salle Pierre Boulez lui permettent même de fonctionner presque comme un environnement ouvert.

Pour réduire encore un peu plus les risques, les simulations de Dassault Systèmes suggèrent deux pistes. La réduction de moitié de la ventilation propre à chaque siège. Et surtout, le port par les spectateurs d'un masque bien ajusté. Une mesure qualifiée de « barrière capitale », car elle permet de réduire à la fois le volume de particules émises dans l'air et leur vitesse.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !