Dans les régions les plus chaudes et sèches, la propagation du coronavirus a pu être ralentie du fait que les gouttelettes porteuses s’évaporaient plus rapidement. © Romolo Tavani, Adobe Stock
Santé

Coronavirus : certaines conditions météo sont plus favorables à sa propagation

ActualitéClassé sous :Coronavirus , Covid-19 , gouttelette

Le coronavirus, responsable de la pandémie de Covid-19, se propage par le biais de gouttelettes expulsées par des personnes infectées. Et, depuis le début de la crise, la question de la durée de survie du virus est dans tous les esprits. Des chercheurs montrent aujourd'hui qu'elle est liée non seulement à la surface sur laquelle se déposent les gouttelettes, mais aussi à la météo.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Coronavirus : peut-on retarder une seconde vague de l'épidémie ?  La France en est au début de son confinement alors qu'en Chine, la vie revient progressivement à la normale. Mais le pays doit désormais anticiper une seconde vague de l'épidémie de coronavirus. Une étude anglaise a simulé plusieurs scénarios de déconfinement pour limiter cette deuxième vague. Peut-on retarder son arrivée ? Réponse en vidéo !  

Des chercheurs pourraient avoir trouvé une explication aux différences observées depuis le début de la pandémie dans la vitesse de propagation du coronavirus selon les régions. « Ce n'est peut-être pas le seul facteur, mais il apparait certain que la météo régionale compte lorsqu'il est question de taux de croissance de l'infection », commente ainsi Rajneesh Bhardwaj, chercheur à l'université de Bombay (Inde) et l'un des auteurs d'une nouvelle étude sur la persistance des gouttelettes porteuses du coronavirus.

Dans six villes dans le monde, son équipe a examiné le temps que ces gouttelettes -- celles que les personnes atteintes peuvent disperser dans leur environnement en toussant, en éternuant ou même simplement en parlant -- mettent à s'évaporer en fonction de la météo et des surfaces sur lesquelles elles sont posées. Car il s'avère qu'une fois les gouttelettes disparues, le coronavirus meurt rapidement.

Sur certaines surfaces, le coronavirus survit plus longtemps parce que les gouttelettes dans lesquelles il est enfermé peinent à s’évaporer. Mais la météo joue aussi un rôle important dans le processus. © Maridav, Adobe Stock

Chaleur versus humidité

Un modèle mathématique montre que la température ambiante et l'humidité jouent un rôle critique en la matière. Ainsi, une température plus élevée aide à sécher les gouttelettes. Réduisant ainsi la durée de survie du virus. Dans les régions plus humides, en revanche, les gouttelettes demeurent plus longtemps sur les surfaces, augmentant la durée de survie du coronavirus.

En comparant les temps de séchage des gouttelettes au taux de croissance des patients atteints du Covid-19 dans les villes de New York, Chicago, Los Angeles, Miami, Sydney et Singapour, les chercheurs ont observé une corrélation. Plus le temps de séchage est long, plus le taux de croissance de la pandémie est élevé.

Par ailleurs, les chercheurs recommandent de nettoyer plus régulièrement des surfaces telles que les écrans de smartphones et celles, hydrophiles, de type coton ou bois que des surfaces de type acier, par exemple, sur lesquelles les gouttelettes s'évaporent plus rapidement.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !