Cela vous intéressera aussi

Le mode de séchage des peintures varie selon leur nature. On distingue trois processus différents : séchage par évaporation des solvantssolvants, séchage par oxydationoxydation ou séchage par polymération des liantsliants.

Le séchage par évaporation est très rapide. La peinture (acrylique, alkyde en émulsionémulsion, vinylique...) est bien finie et généralement stable dans le temps (avec un bémol pour les alkydes). Inconvénients : elle est moins couvrante au pinceau et la seconde couche peut détremper la première si son séchage n'est pas absolu.

Le séchage par oxydation. Les peintures glycérophtaliquespeintures glycérophtaliques, siccativées, sèchent à la fois par évaporation des solvants et oxydation des liants. L'applicationapplication est facile, le film très garnissant et résistant. Inconvénients : long temps d'attente entre deux couches, accentué sous ambiance humide.

Le séchage par polymération, ou réaction chimiqueréaction chimique (polyuréthanes, polyester...), est presque aussi rapide que celui par évaporation. L'application est facile et l'adhérence bonne. Inconvénients : il est nécessaire de bien mélanger la peinture et d'attendre quelque temps avant de l'appliquer. Par ailleurs, la duréedurée de vie du mélange est parfois limitée.

Séchage et durcissement peuvent aller de paire dans le cas des peintures en émulsion, mais pas des produits en phase solvantée. Alors que ceux-ci sèchent complètement en surface au bout de 24 à 48 heures, ils mettent plusieurs jours (voire des semaines) à durcir à cœur.