Hôpital : un lien entre la propagation du coronavirus et les chaussures ?

Classé sous :Coronavirus , hôpital , chaussures

Au cœur des services hospitaliers de Wuhan, en Chine, des chercheurs ont testé la propagation du coronavirus dans l'espoir d'améliorer les pratiques de sécurité. Leurs échantillons d'air et de surface suggèrent que le virus s'était largement éparpillé, et qu'il pouvait être détecté dans l'air jusqu'à quatre mètres des personnes malades. Souris d'ordinateur, poignées de porte, poubelles, lits des patients, etc. Tout cela « implique un risque d'infection potentiellement élevé pour le personnel médical et d'autres contacts étroits » précisent les chercheurs. L'étude a été mise en ligne par le Centers for Disease Control and Prevention mais il ne s'agit pas de la version finale. Des changements peuvent encore survenir d'ici à sa publication, en juillet, dans Emerging Infectious Diseases

La contamination s'est révélée plus importante dans les services de soins intensifs, où se trouvaient 15 personnes avec une forme sévère du Covid-19, que dans les services généraux, qui hébergeaient 24 personnes avec une forme de la maladie plus modérée. Sur cette base, les chercheurs proposent de prendre « des mesures de protection plus strictes [pour] le personnel médical travaillant » dans les unités de soins intensifs. Ils détaillent toutefois qu'aucun membre du personnel hospitalier n'a été infecté, ce qui laisse penser que les pratiques de sécurité étaient suffisantes.

Par contre, leurs résultats les poussent à croire « que l'isolement à domicile des personnes soupçonnées de Covid-19 pourrait ne pas être une bonne stratégie de contrôle », puisqu'elles ne disposeront pas de l'équipement de protection approprié ni de la formation adéquate. Cela pourrait conduire « à des infections familiales en grappes ».

Surtout que les chaussures pourraient être un vecteur de dissémination du coronavirus. Il a été détecté sur le sol de zones où aucun patient n'était allé. Et la moitié des échantillons provenant des semelles des soignants se sont révélés positifs, laissant penser qu'elles pourraient « fonctionner comme des supports ». Les auteurs recommandent de désinfecter ces semelles avant de sortir des salles où se trouvent les patients.

Bien qu'ils aient relevé plusieurs limites à leurs études, dont la zone très restreinte de collecte des échantillons « qui pourrait ne pas refléter les conditions réelles » dans d'autres lieux, ou l'absence de données sur la quantité de virus viable parmi ce qui a été détecté, les chercheurs « confirment que l'exposition aux aérosols du SARS-Cov-2 présente des risques ». Mais d'autres études sont nécessaires pour confirmer ou infirmer ce mode de transmission.

Les chaussures du personnel médical pourrait faciliter la propagation du coronavirus dans les hôpitaux. © Auremar, Adobe Stock