Un patch pourrait réduire les dommages cardiaques après un infarctus du myocarde. © peterschreiber.media, Fotolia

Santé

Un patch sur le cœur pour limiter les conséquences d'un infarctus

ActualitéClassé sous :coeur , infarctus du myocarde , crise cardiaque

Une équipe internationale de chercheurs a imaginé un patch adhésif sous la forme d'un hydrogel. Testée avec succès chez le rat, cette innovation permettrait de protéger les tissus cardiaques endommagés après un infarctus.

Après une crise cardiaque, le muscle cardiaque endommagé risque des modifications qui peuvent gêner son fonctionnement normal, comme l'explique Huajian Gao, dans un communiqué de l’université Brown (États-Unis) : « Une des raisons pour lesquelles il est difficile pour le cœur de récupérer après une crise cardiaque est qu'il doit continuer à pomper. Il poursuit : L'idée ici est de fournir un support mécanique pour le tissu endommagé, ce qui, espérons-le, lui donne une chance de guérir. »

L'objectif de cette recherche parue dans la revue Nature Biomedical Engineering était de trouver pour ce patch un matériau dont les propriétés physiques seraient optimales : ni trop rigide, ni trop mou, à la fois solide et souple ! Les chercheurs ont réalisé des simulations informatiques pour modéliser le fonctionnement du muscle cardiaque, avec un patch fixé à sa surface. Ils voulaient savoir si le patch gênait les battements cardiaques et s'il pouvait soutenir le cœur dans son fonctionnement.

Le patch améliore le fonctionnement cardiaque chez le rat

Ensuite, une équipe chinoise a développé un matériau sous la forme d'un hydrogel transparent, à base d'amidon alimentaire, qui correspondait aux propriétés mécaniques recherchées. Le matériau était « viscoélastique » : il combinait les propriétés d'un fluide et d'un solide, ce qui permet à la fois d'accompagner le cœur dans ses mouvements et de le soutenir. Cet hydrogel présentait l'avantage d'être peu coûteux, facile à produire et non toxique. Le patch ne contenait pas de cellules.

Chez le rat, le patch limitait le remodelage du ventricule gauche après une crise cardiaque et réduisait donc les dommages au cœur. Il permettait un meilleur débit cardiaque post-infarctus. Des marqueurs biochimiques ont montré qu'il réduisait aussi la mort cellulaire, l'accumulation de tissu cicatriciel et le stress oxydatif des tissus endommagés par la crise cardiaque. Ces résultats encourageants pourraient permettre d'envisager un essai clinique chez l'homme.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Comment faire un massage cardiaque ?  Si une personne fait un malaise grave devant vous et doit être réanimée, saurez-vous bien réagir ? Une vidéo de l'École de Santé de Suisse Romande montre les bons gestes à réaliser en cas d’urgence médicale.