Notes manuscrites ou numériques, quelle pratique favorise-t-elle le plus la mémoire ? Des scientifiques japonais ont mené plusieurs expériences pour le découvrir.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] 5 mythes sur le cerveau humain À l'occasion de la Semaine du Cerveau, qui se tient du 16 au 22 mars 2020, voici 5 mythes sur null

Avec la pandémie de Covid-19, beaucoup d'élèves ont suivi leur cours en ligne via des powerpoints et des cours en visioconférencevisioconférence. Mais, déjà avant, les ordinateursordinateurs avaient remplacé peu à peu les cahiers dans les amphithéâtres et beaucoup d'entre nous ont troqué l'agenda papier et le bloc-notes pour leur version numérique. Une habitude récente à l'échelle de l'humanité à laquelle notre cerveau doit encore s'acclimater. En effet, des chercheurs japonais de l'université de Tokyo ont démontré dans une série d'expériences publiées dans Frontiers in Behavioral Neuroscience que le papier et le stylo restent le meilleur moyen de prendre des notes et de les garder en mémoire, par rapport aux tablettestablettes et aux smartphonessmartphones.

Le papier défie les tablettes et smartphones

Ce sont 48 volontaires âgés de 18 à 29 ans, tous membres de l'université de Tokyo, qui se sont pliés à plusieurs expériences scientifiques pour évaluer leur capacité à se souvenir d'un emploi du temps lorsque celui-ci est écrit sur un calendrier papier, sur smartphone ou sur tablette. Après avoir lu un dialogue entre plusieurs personnages, les participants ont dû noter l'emploi du temps sur le calendrier, la tablette et le smartphone.

Déjà, à ce stade, les scientifiques ont observé une différence significative entre le support papier et les supports numériquesnumériques. Les personnes utilisant un carnet ont mis moins de temps, environ 11 minutes à remplir le calendrier, que celles sur smartphones (16 minutes) et tablettes (14 minutes). 

Puis, les participants ont attendu une heure durant laquelle ils ont effectué une tâche secondaire, source d'interférenceinterférence. À l'issue de cette heure, ils ont dû se souvenir de l'emploi du temps des personnages en répondant à un QCM de 16 questions à difficulté variable (quatre choix par réponse). Après chaque question, ils ont renseigné leur niveau de confiance quant à leur réponse. Cette tâche de remémoration a été faite pendant que les scientifiques observaient leur cerveau s'activer grâce à une IRM fonctionnelleIRM fonctionnelle.

Les zones du cerveau activées chez tous les participants de l'étude pendant le processus de remémoration. © Keita Umejima et <em>al. Frontiers in Behavorial Science</em>
Les zones du cerveau activées chez tous les participants de l'étude pendant le processus de remémoration. © Keita Umejima et al. Frontiers in Behavorial Science

Le papier fait briller le cerveau

Pour tous les participants, la remémoration du calendrier a activé les mêmes parties du cerveau : l'hippocampehippocampe, le précuneus, le cortex visuel, et les régions du lobe frontal impliquées dans le langage. Mais l'activité de ces régions cérébrales est plus intense chez les utilisateurs du carnet que chez les utilisateurs de la tablette et du smartphone.

Pour les scientifiques, cela suggère que l'utilisation du carnet et du stylo stimule le cerveau avec les informations à retenir mais aussi des informations spatio-temporelles qui peuvent faciliter le processus de souvenir.

D'autres recherches sont nécessaires pour étudier les effets à long terme sur l'activation du cerveau aux dispositifs numériques, notamment dans l'apprentissage.