Dans l'hypothalamus, une structure profonde du cerveau, un excès de sel dans le sang diminue le débit sanguin. C'est la conclusion étonnante d'un groupe de recherche de l'université de Georgie.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Cerveau en 3D réalisé grâce à l’IRMa 3D En utilisant le nouveau logiciel d’IRMa 3D, une animation 3D peut être créée à partir d'une image IRM. Le détail frappant de ces mouvements amplifiés animés peut aider à identifier des anomalies, telles que celles causées par des blocages de fluides rachidiens, comprenant le sang et le liquide céphalorachidien dans le cerveau.

Quand les neurones s'activent dans notre cerveau, ils ont besoin de glucoseglucose, le carburant de nos cellules, et d'oxygène. Tous les deux sont transportés par le sang et pour assurer un approvisionnement à la hauteur de la demande des neurones, un ensemble de mécanismes biologiques se met en place et augmente le débitdébit sanguin. Le phénomène a été observé dans le cortexcortex cérébral, la couche la plus en surface du cerveau que l'on appelle aussi matièrematière grise. Des chercheurs de l'université de Georgie (États-Unis) se sont intéressés au même phénomène, mais dans une structure plus profonde, l'hypothalamushypothalamus. Et ce qu'ils ont observé est plutôt surprenant.

L’hypothalamus est une zone du cerveau située sous le thalamus. © HANK GREBE, Fotolia
L’hypothalamus est une zone du cerveau située sous le thalamus. © HANK GREBE, Fotolia

Dans l'hypothalamus, le sel réduit le débit sanguin

Regardons dans le noyau supraoptique de l'hypothalamus. Cette région cérébrale abrite des neurones dont l'activité principale est la sécrétion de vasopressine, une hormonehormone antidiurétique importante dans le contrôle de la concentration sanguine en sel. Si l'augmentation du débit sanguin autour des neurones favorise leur activité, alors un excès sanguin de sel devrait être lié à l'augmentation du débit sanguin pour nourrir les neurones qui s'activent pour éliminer cette anomalie.

Les scientifiques ont observé le phénomène inverse. Dans le noyau supraoptique de l'hypothalamus, trop de sel dans le sang entraîne une vasodilatation et diminue significativement son débit, à tel point que localement, les cellules sont privées d'oxygène (hypoxiehypoxie). « Quand nous mangeons très salé, les niveaux de sodiumsodium dans le corps restent élevés longtemps. Nous pensons que l'hypoxie est un mécanisme qui renforce la capacité des neurones à répondre à une stimulationstimulation saline continue, leur permettant de rester actifs sur une longue période », explique Javier E. Stern, neuroscientifique et directeur de cette recherche. Ces résultats amènent des questions intéressantes sur l'hypertension qui, dans un nombre non négligeable de cas, est due à un régime alimentaire trop riche en sel.