On sait que le tabac et l’alcool favorisent l’apparition de cancers. L’obésité et le surpoids s’ajoutent maintenant à cette liste des facteurs importants à l’origine de cette maladie. © TAGSTOCK1, Shutterstock

Santé

Le surpoids augmente la probabilité de développer des cancers

ActualitéClassé sous :cancer , obésité , surpoid

Plusieurs liens entre obésité et cancers ont été établis. Une nouvelle étude estime que les personnes en surpoids ont des risques plus importants de développer des cancers. Elle recense huit types de cancers de plus par rapport aux études précédentes.

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le nombre de cas d'obésité a doublé depuis 1980. Le surpoids — indice de masse corporelle (IMC) de 25—concerne 1,4 milliard de personnes de 20 ans et plus. Parmi elles, quelque 640 millions sont obèses (IMC égal ou supérieur à 30). Signalons que 110 millions d'enfants sont aussi concernés.

Dans une étude publiée en novembre 2014 dans The Lancet Oncology et conduite par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ, Iarc), l'agence pour le cancer de l'OMS, estime que le surpoids et l'obésité sont devenus un risque majeur, responsables de 3,6 % (environ 481.000 cas) de l'ensemble des nouveaux cas de cancers des adultes en 2012. Cette analyse s'appuie notamment sur une vaste base de données, Globocan, comportant l'incidence et la mortalité par cancer de 184 pays.

Les pays riches sont les plus touchés avec près des deux tiers (64 %) de ces cancers associés à l'obésité enregistrés en Amérique du Nord (111.000 nouveaux cas soit près d'un quart du total mondial) et en Europe. L'Afrique subsaharienne est la région qui contribue le moins à ce bilan (7.300 cancers). Au sein de l'Europe, l'est est particulièrement touché, avec 65.000 cancers.

Les personnes souffrant d’obésité voient leur flore intestinale se dérégler. Les clostridies (ici en photo) sont plus nombreuses et produisent des composés qui favorisent le développement de cancers. © CDC, DP

100.000 cancers évitables en gardant un poids moyen

L'étude montre que cette relation entre cancer et obésité touche plus les femmes que les hommes, en grande partie à cause des cancers de l'endomètre (muqueuse de l'utérus) et des cancers du sein après la ménopause.

Chez les hommes, l'excès de poids est responsable de 1,9 % (136.000) des nouveaux cas de cancers en 2012 et de 5,4 % (345.000) chez les femmes. Les cancers de l'endomètre (muqueuse utérine), du côlon et du sein après la ménopause représentent près des trois quarts (73 %) de l'ensemble des nouveaux cas de cancers annuels liés à l'obésité chez les femmes.

Tandis que chez les hommes, les cancers des reins et du côlon comptent pour les deux tiers (66 %). Un quart de ces cancers attribuables au surpoids et à l'obésité dans le monde — soit plus de 100.000 cas — aurait pu être évités si les populations concernées avaient simplement conservé leur poids moyen d'il y a 30 ans, d'après les auteurs.

Le surpoids peut augmenter la probabilité de développer plusieurs cancers, dont celui de l'estomac. © adrian825, Istock.com

Des risques accrus pour huit autres types de cancers

Selon un compte-rendu du Centre international de la recherche sur le cancer (CIRC/IARC), basé à Lyon, paru en août 2016 dans la revue The New England Journal of Medicine, le surpoids peut aussi accroître le risque de cancer de l'estomac, du foie, de la vésicule biliaire, du pancréas, des ovaires et de la thyroïde. S'ajoute le risque de méningiome (un cancer du cerveau) et de myélome — atteinte de la moelle osseuse.

Les chercheurs ont épluché plus d'un millier d'études sur le lien entre surpoids et risque de cancer et ont conclu que limiter la prise de poids au fil des ans pouvait permettre de réduire le risque d'en souffrir.

« Le fardeau du cancer dû au surpoids ou à l'obésité est beaucoup plus important que ce que l'on pensait auparavant, a expliqué Graham Colditz, président du groupe de travail du CIRC et membre de l'école de médecine de l'université Washington de Saint-Louis. De nombreux cancers récemment identifiés comme étant liés à un excès de poids ne figuraient même pas sur les radars comme ayant une composante "poids" ».

Le surplus de graisse peut favoriser les inflammations et entraîner une surproduction d'œstrogène, de testostérone et d'insuline, autant de sécrétions pouvant alimenter la croissance d'un cancer.

« Des éléments d'hygiène de vie comme un régime alimentaire équilibré, une stabilité pondérale et de l’exercice physique, en plus de ne pas fumer, peuvent avoir un effet important pour réduire le risque de cancer », a rappelé le président du CIRC.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Quels sont les différents traitements efficaces contre le cancer du sein ?  Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme. En 2012, environ 48.000 personnes ont développé ce cancer et près de 9 personnes sur 10 en ont guéri. Les Hôpitaux Universitaires de Genève nous expliquent au cours de ce film comment se déroule le traitement.