Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Helicobacter pylori, seule bactérie responsable de cancers gastriques L’estomac de la moitié de la population humaine mondiale est infecté par la bactérie Helicobacter pylori. Ce micro-organisme peut être à l’origine d’ulcères voire parfois de cancers gastriques. L’Institut Pasteur a interviewé Hilde De Reuse, chef de l’unité Pathogenèse de Helicobacter, afin de nous en apprendre un peu plus sur cette bactérie et sur les recherches de son laboratoire.

Le cancer de l’estomac, ou cancer gastriquegastrique, naît à partir d'une cellule de l'estomacestomac. Le plus souvent il s'agit d'un adénocarcinomeadénocarcinome, qui se développe à partir de la couche interne superficielle de l'estomac. Les facteurs de risque du cancercancer de l'estomac sont l'infection par la bactériebactérie Helicobacter pilori, le tabagisme, une alimentation riche en sel et pauvre en végétaux, des prédispositionsprédispositions familiales et génétiquesgénétiques.

En France, en 2012, il y a eu 6.550 nouveaux cas de cancer de l'estomac, dont les deux tiers environ touchaient des hommes. Ce cancer concerne plutôt des personnes de plus de 50 ans. Le nombre de cas de cancers de l'estomac est en diminution depuis plusieurs décennies. Mais dans le monde, d'après l'OMS, le cancer de l'estomac est la troisième cause de décès par cancer, après les cancers du poumoncancers du poumon et du foiefoie. Plus il est détecté tôt, meilleure est l'espérance de vieespérance de vie du patient.

Diagnostic et traitement du cancer de l’estomac

Les symptômes du cancer de l’estomac sont des douleursdouleurs abdominales, des nausées, vomissements, saignements gastro-intestinaux. Le diagnosticdiagnostic s'effectue par coloscopiecoloscopie, biopsiebiopsie et scannerscanner. Le traitement dépend de l'état du cancer, il peut utiliser la chirurgiechirurgie, la chimiothérapie ou la radiothérapieradiothérapie. Si le cancer est superficiel, il peut bénéficier d'un traitement par endoscopieendoscopie.

Une prise en charge nutritionnelle est proposée pour limiter le risque d'amaigrissement et de dénutrition, car les patients rencontrent souvent des difficultés pour s'alimenter après le traitement.