Investisseurs privés, entreprises ou encore collectivités territoriales… Investir dans les énergies propres et les énergies renouvelables est devenu un enjeu majeur, aussi bien pour les entreprises que pour les particuliers, car il s’agit d’une opportunité à la fois écologique et financière. Découvrez, à votre tour, comment concilier épargne et engagement environnemental !

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Energie : le monde de 2030 en 10 chiffres Transport, pétrole, énergies renouvelables, accès à l’électricité… À quoi ressemblera le mondenull

Connaissez-vous la définition du terme « énergie propre » ? Également appelée « énergie verteénergie verte », une énergie propre est une source d'énergie qui produit peu de polluants lors de son exploitation (transformation et utilisation). Elle ne pollue ainsi pas l'airair avec du CO2, contrairement à d'autres sources d'énergie primaire. L'énergie solaire et l'énergie issue de la biomasse sont, par exemple, des énergiesénergies propres. Découvrez qui peut investir* dans les énergies propres ou renouvelables et comment cela fonctionne : ETF, trackerstrackers, PEAPEA, critères de sélection... 

Quelle est la différence entre une énergie propre et une énergie renouvelable ?

Avant de s'intéresser aux modèles d'épargnes et d'investissement disponibles en matièrematière d'énergies... Il est important de comprendre la différence entre une énergie propre et une énergie renouvelable.

Les énergies propres sont celles qui ne génèrent pas (ou très peu) de pollution ou de déchets nocifs pour l'environnement. Les énergies renouvelablesénergies renouvelables sont, quant à elles, des sources d'énergie qui ne s'épuisent pas. Elles sont en mesure de se régénérer naturellement.

Notez donc que toutes les énergies propres ne sont pas nécessairement des énergies renouvelables, et inversement, toutes les énergies renouvelables ne sont pas nécessairement propres.

 Découvrez qui peut investir dans les énergies propres ou renouvelables et comment cela fonctionne : ETF, trackers, PEA, critères de sélection… © Arthon, Adobe Stock
 Découvrez qui peut investir dans les énergies propres ou renouvelables et comment cela fonctionne : ETF, trackers, PEA, critères de sélection… © Arthon, Adobe Stock

Pourquoi investir son épargne dans les énergies propres ?

En France ou ailleurs, l'investissement dans les énergies propres ou renouvelables permet, avant toute chose, de contribuer à la transition énergétiquetransition énergétique et à la lutte contre le réchauffement climatique. En participant au financement d'un projet en lien avec les énergies propres, vous contribuez directement à la réduction de notre dépendance aux énergies polluantes.

Ensuite, ces types d'investissement peuvent évidemment offrir des rendements intéressants. C'est notamment pour cette raison que de nombreuses entreprises investissent déjà dans les énergies telles que le solaire ou l'éolien.

S'agissant d'un secteur en forte croissance, l'énergie verte permet aux investisseurs de faire fructifier leur argentargent en le mettant au service de projets qui ont un impact positif sur l'environnement et la société en général.

Comment investir dans les énergies renouvelables ?

Il existe plusieurs options pour investir son argent dans les énergies propres ou renouvelables. L'une des options les plus courantes est l'utilisation d'un ETF (Exchange Traded Fund) également appelé tracker. Certains sont notamment éligibles sur un PEA (Plan d'Épargne en Actions).

Ces produits financiers permettent d'investir dans ce que l'on appelle communément un panier d'actions, toutes liées à l'énergie propre ou renouvelable.

Pour choisir le meilleur ETF éligible au PEA et en lien avec les énergies renouvelables, il est conseillé de vérifier ses performances et les frais de gestion impliqués. Il est également possible, voire recommandé, de diversifier son portefeuille en investissant dans plusieurs ETF ou trackers, afin de réduire les risques liés à l'investissement et de maximiser ses chances de réussite.

*Tout investissement financier peut comporter des risques de perte en capital