Planète

Collops bipunctatus, plus toxique qu'il n'en a l'air

Diaporama - Les coléopotères, ces insectes dont nous avons tant besoin
PhotoClassé sous :insectes , biodiversité des insectes , coléoptères
Collops bipunctatus, plus toxique qu'il n'en a l'air
Abonnez-vous à la lettre d'information Photos : chaque semaine, deux sujets traités à travers des photos remarquables. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Le coléoptère Collops bipunctatus s'est bien apprêté : son élytre sombre, presque noire, et son pronotum rouge orné de deux points, le tout étant couvert de poils dressés moyennement denses, lui créent un drôle de petit costume. Pas de chance, ce représentant de la famille des Mélyridés vit aux États-Unis, donc vous ne risquez pas de le croiser dans votre jardin. Lui et ses cousins, tous vivement colorés et omnivores, se trouvent souvent posés sur des fleurs en plein air où ils se nourrissent de pollen, des insectes qui atterrissent à leur portée et des œufs. Les larves de ce coléoptère se font plus discrètes et se cachent souvent dans le sol ou dans la litière des feuilles.

De la même manière que certaines grenouilles, dont la plus toxique au monde, Phyllobates terribilisCollops bipunctatus produirait de la batrachotoxine, un alcaloïde stéroïdien cardiotoxique et neurotoxique, utilisé comme poison sur les flèches.

Collops bipunctatus. © Sam Droege, Wikimedia Commons, DP