Partie écrite par Dr. Bruno CORBARA- LAPSCO-UPRESA CNRS 6024 - Université Blaise PascalBlaise Pascal, Clermont-Ferrand Cedex, France.

Bruno Corbara - Copyright Projet Ibisca - Tous droits réservés

Bruno Corbara - Copyright Projet Ibisca - Tous droits réservés

Alors que la mission IBISCA entre dans sa quatrième semaine et que le travail scientifique se déroule selon l'échéancier prévu, il est temps de présenter plus en détail le programme et ses participants.

Le principe général du travail scientifique réalisé au cours de la mission IBISCA est très simple. Afin d'évaluer les variations de la biodiversitébiodiversité des insectesinsectes dans la forêt de San Lorenzo nous travaillons sur neuf sites dont la position est déterminée par la présence de la grue(trois sites) de la bulle des cimes (deux sites) de l'IKOS (un site) et du Solvin-Bretzel (3 sites).

Sur ces différents sites se succèdent dans le temps un certain nombre de chercheurs (mais aussi de grimpeursgrimpeurs, ne les oublions pas, sans eux cette mission ne pourrait se dérouler) qui doivent réaliser un programme de récolte standardisé.

Les insectes colonisent des milieux fort différents : le sol, la litièrelitière, le tronc des arbresarbres, le feuillage, les sols suspendus etc... Ils ont des modes de vie très variables : ils creusent (la terreterre, le boisbois, les feuilles...), ils rampent sur le sol, le feuillage, les branches, ils volent plus ou moins haut. Des techniques de capture très variées, adaptées à ces habitats et ces comportements fort différents, sont donc mises en œuvre.

Copyright Projet Ibisca - Tous droits réservés

Copyright Projet Ibisca - Tous droits réservés

Sur un site donné, se succèdent donc dans le temps :

  • une équipe de botanistesbotanistes, sous la direction du Dr Joe WrightWright (STRI) et de MirnaMirna Samaniego (STRI) qui répertorie et identifie tous les arbres.

Grue - Copyright Projet Ibisca - Tous droits réservés

Grue - Copyright Projet Ibisca - Tous droits réservés

  • Servio Ribeiro, écologiste de l'Université de Ouro Preto au Brésil, qui analyse en détail l'état de la végétation (production de fleurs, fruits, état du feuillage, niveau d'attaque par les insectes...etc) du niveau du sol à la canopéecanopée.

Copyright Projet Ibisca - Tous droits réservés

Copyright Projet Ibisca - Tous droits réservés

  • l'équipe des « batteurs » qui collecte les insectes du feuillage au niveau du sol et de la canopée. Hector Barrios (co-responsable scientifique d'IBISCA et Professeur à l'Université de Panama City) et Frode Odegaard de Trondheim en Norvège qui ont tous deux travaillé pendant des années dans la forêt de San Lorenzo dirigent les opérations.

  • Yves Basset (STRI, co-responsable scientifique d'IBISCA), Gianfranco Curletti du Musée de Carmagnola en Italie et Lukas Cizek (de l'Académie des Sciences de la République Tchèque) qui disposent des pièges collants jaunes pour attirer et capturer les très petits insectes volants à différents niveaux, du sol à la canopée.
  • Laura Fagan et Raphael Didham, venus de Nouvelle-Zélande, qui installent leurs pièges d'interception en vol du sol à la canopée.
  • Le Professeur Roger Kitching (Griffith University, Brisbane, Australie)qui installe ses pièges lumineux au sol et en haut de la canopée pour capturer des papillons nocturnesnocturnes.
  • Neville Winchester et Kevin Jordan, venus de Victoria au Canada qui collectent au niveau du sol et en haut des arbres (sols suspendus) de petits échantillons desquels ils extraient la microfaune d'arthropodesarthropodes.
  • Alexey Tishechkin, chercheur biélorusse, actuellement à l'Université de Bâton Rouge en Louisiane, qui dispose différents pièges au niveau du sol, respectivement adaptés aux insectes rampants (« pitfall trapstraps ») ou volants.

Copyright Projet Ibisca - Tous droits réservés

Copyright Projet Ibisca - Tous droits réservés

  • L'équipe « insectes sociaux » qui étudie la faunefaune de fourmisfourmis et des termites du sol, des sols suspendus des palmiers et de la canopée. Cette équipe est composée, pour les fourmis, de Alain Dejean et Jerôme Orivel de l'Université Paul Sabatier de Toulouse et de Bruno Corbara (co-responsable scientifique d'IBISCA) de l'Université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand ; pour les termites de Maurice Leponce (Institut Royal des Sciences Naturelles, Belgique) et Yves Roisin (Université Libre de Bruxelles). Elle a bénéficié de l'aide inestimable de Henri-Pierre Aberlenc (CIRAD, Montpellier) qui intervient sur d'autres programmes.

Fourmi Atta - Copyright Projet Ibisca - Tous droits réservés

Fourmi Atta - Copyright Projet Ibisca - Tous droits réservés

  • Jurgen Scmidl et Andreas Floren qui à l'aide d'un canon à insecticide biodégradablebiodégradable utilisent sur certains arbres la technique dite du « fogging ».

À l'issue de ces collectes, des milliers d'insectes sont extraits, préparés et classés au laboratoire, dans l'île de Barro Colorado, par les chercheurs eux-mêmes aidés par des étudiants en entomologieentomologie de l 'Université de Panama City. Les échantillons sont ensuite redistribués entre les différents responsables de chaque groupe étudié (plus de quarante groupes ou « taxa » ont été retenus en fonction de critères tels que la diversité des modes de vie).

Grenouille glacée - Copyright Projet Ibisca - Tous droits réservés

Grenouille glacée - Copyright Projet Ibisca - Tous droits réservés

Les scientifiques d'IBISCA sont pour la plupart de véritables spécialistes de la classification (des « taxonomistes ») ; ils poursuivront leurs travaux d'identification dans leur propre laboratoire et enverront certains échantillons dans d'autres institutions ou musées pour qu'aboutisse ce travail de grande expertise.

Copyright Projet Ibisca - Tous droits réservés

Copyright Projet Ibisca - Tous droits réservés