Planète

Ours brun de l'Oussouri

DéfinitionClassé sous :zoologie , Ours , plantigrade
Photo d'un ours brun de l'Oussouri. © Ozizo, domaine public

Ours brun de l’Oussouri (Gray 1867) - Ursus arctos lasiotus

  • Ordre : Carnivore
  • FamilleUrsidae
  • Sous-familleUrsinae
  • GenreUrsus
  • Taille : 1,20 m à 2,00 m
  • Poids : 90 à 360 kg
  • Longévité : 25 à 30 ans

Statut de conservation UICN : LC préoccupation mineure
Par contre, la population de la région de Heilongjiang en Chine du Nord est classée vulnérable.

Description de l'ours brun de l’Oussouri 

L'ours de l'Oussouri est connu sous le nom de grizzly noir car il ressemble fortement à son homologue américain, en plus foncé. Il est un peu plus petit que son cousin du Kamtchatka. C'est un plantigrade de grande taille dont l'ancêtre a migré en Alaska il y a environ 100.000 ans pour former la population des grizzlys actuels. Il est également appelé horse bear (ours cheval) car il est haut sur jambes. Son corps et son crâne sont longs et étroits, le poil épais, et les pattes aux longues griffes sont larges.

Habitat de l'ours brun de l’Oussouri

On trouve l'animal dans la taïga sibérienne de l'Oussouri comme son nom l'indique, sur l'île Sakhalin, aux abords du fleuve Amour, dans la péninsule coréenne, le nord est de la Chine et au Japon. En effet, cinq sous-populations ont été identifiées sur l'île de Hokkaido. Il fréquente les forêts mixtes des zones montagneuses dans lesquelles vivent également les ours noirs asiatiques. Mais les rencontres entre espèces sont rares car elles ne vivent pas aux mêmes altitudes.

Comportement de l'ours brun de l’Oussouri 

L'ours est un solitaire au comportement crépusculaire et nocturne. Il passe ses journées à arpenter la taïga et à chercher de la nourriture. L'été sibérien étant court, il n'a que quelques mois pour se reproduire et reconstituer sa réserve de graisse.

Reproduction de l'ours brun de l’Oussouri 

Comme pour ses cousins de l'espèce, la période de reproduction est relativement brève et débute dès la sortie d'hibernation. Les mâles parcourent alors de grandes distances pour trouver des femelles consentantes. Celles qui élèvent encore leurs petits de la portée précédente chasseront violemment les prétendants afin que ces derniers ne s'en prennent pas à sa progéniture. Car il est courant qu'un mâle tue les petits de son rival afin que la femelle accepte de s'accoupler plus rapidement. Après l'accouplement, l'embryon est alors stocké et son développement ne reprend que lorsque les réserves de graisse sont reconstituées. C'est au cœur de l'hiver que les petits naissent, nus et aveugles, dans la tanière de leur mère qui les allaite pendant quelques semaines. La maturité sexuelle est atteinte au terme d'une période pouvant s'étaler de trois à sept ans.

Régime alimentaire de l'ours brun de l’Oussouri 

L'animal se nourrit principalement de fruits secs (glands, faines, graines), de baies, de fruits sauvages, de pousses, d'herbes, de tubercules et de racines, mais également de champignons, de petits Mammifères et de Poissons. Occasionnellement il ne dédaigne pas une charogne ou un cervidé malade qu'il peut alors se disputer avec les loups.

Menaces sur l'ours brun de l’Oussouri 

L'Ursidé est principalement menacé par l'exploitation de la forêt, par la chasse et le braconnage. En effet, s'il existe en Russie de nombreux organisateurs de chasse à l'ours, les contrebandiers ne se privent pas de les abattre pour revendre la fourrure ou les organes qui sont recherchés en médecine traditionnelle. Au Japon par contre, c'est la disette qui risque de faire disparaître les ours. En effet, ces derniers se nourrissent majoritairement de glands, de faines et autres graines de feuillus qui sont exploités à grande échelle, et remplacés par des mélèzes ou d'autres résineux qui ne peuvent assurer la subsistance des animaux. Cet état de fait pousse certains ours à gagner des terrains plus favorables, où bien évidemment ils sont confrontés à l'Homme. Entre avril et septembre 2010, le ministère de l'Environnement japonais a recensé 84 attaques contre des personnes dont quatre fatales dans le nord et le centre du pays.
 
La Sibérie est également le seul endroit où l'un des plus grands carnivores du monde peut devenir la proie de plus puissant que lui. En effet, l'ours de l'Oussouri peut occasionnellement croiser la piste d'un tigre de Sibérie dont l'habitat est identique.  Comme lui, il fréquente les milieux ouverts. Malgré sa taille, le plantigrade est plus vulnérable que son cousin l'ours noir car il ne grimpe pas aux arbres.

Mais à terme c'est la chasse qui risque de venir à bout de la population d'ours de l'Oussouri dont les autorités russes estiment qu'il existe encore entre 15.000 et 30.000 spécimens. On remarquera la précision. La chasse est de plus pratiquée de manière cruelle. Contre rémunération, des personnes richissimes en mal de sensations fortes, se font mener à proximité de la tanière hivernale d'un ours, que des pisteurs font sortir de sa léthargie en l'enfumant. Furieux et désorienté, l'ours sort de son antre pour fuir, lorsqu'il se fait abattre par des balles que l'on utilise habituellement pour tuer les éléphants !

  • Source sur les attaques d'ours au Japon : The Associated Press Tokyo du 21.10.2010.
  • Sources sur la chasse à l'ours en Sibérie : VSD n°1647 - 18 au 24 mars 2009 Andreï Rudakov (Attention, certaines photos sont violentes)
  • Remerciement à l'UICN sur le statut de protection.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi