Planète

Antilope d'Amérique

DéfinitionClassé sous :zoologie , antilope , herbivore
Photo d'une antilope d'Amérique. © Guimir, domaine public

Antilope d’Amérique (Ord 1815) - Antilocapra americana

  • Ordre : Artiodactyla
  • Famille : Antilocapridae
  • Genre : Antilocapra
  • Taille : 1,00 à 1,50 m (hauteur au garrot 0,80 à 1,00 m - longueur des cornes 0,10 à 0,30 m) 
  • Poids : 40 à 60 kg
  • Longévité : 9 ans

Statut de conservation UICN : LC Préoccupation mineure    

Description de l’antilope d’Amérique

Également appelée antilocapre, l'antilope américaine possède une robe généralement fauve, brun roux ou cuivrée sur le dessus. La partie ventrale, l'intérieur des membres, une zone située entre les épaules et les hanches, la face inférieure des mâchoires, l'écusson, une tache en forme de croissant sur la gorge et la croupe sont blancs. Il porte une crinière derrière le cou qu'il dresse en cas de danger. Le mâle arbore un masque noir et des taches noires sur le cou. Ses cornes s'incurvent en forme de cœur et tombent chaque année. Son corps mince est prolongé par quatre pattes fines taillées pour la course. Celles-ci sont terminées par des sabots fendus garnis de coussinets qui permettent d'amortir les chocs lors des cavalcades dont les foulées peuvent atteindre 8 mètres. Les yeux placés sur le côté de la tête lui offrent une vision panoramique. Il peut ainsi détecter une menace à plusieurs kilomètres à la ronde.

Antilope mâle. © Mongo, domaine publique

Habitat de l’antilope d’Amérique

Le pronghorn est une espèce typiquement nord américaine. Avant l'arrivée des Blancs leur population était estimée à près de 35 millions d'individus. Aujourd'hui, il n'en reste que 500.000 dispersés depuis le sud de l'Alberta jusqu'en Basse Californie sur toute la façade ouest des montagnes Rocheuses. Il occupe des milieux très variés jusqu'à 3.300 mètres d'altitude à l'exception des bois de conifères. 

Pronghorn mâle. © Mila Zinkova, CCA-SA 3.0 Unported license

Comportement de l’antilope d’Amérique

L'antilope d'Amérique est grégaire et se déplace en grands troupeaux pouvant compter un millier de têtes en hiver. L'été, les groupes sexués sont plus restreints mais ils parcourent journellement plusieurs kilomètres à la recherche de nourriture. En cas de danger, elle dresse sa crinière ou sécrète une odeur spécifique à l'aide de l'une de ses glandes. C'est l'animal le plus rapide du nord du continent car sa course peut atteindre 86 km/h sur quelques centaines de mètres. L'antilocapre peut parcourir des centaines de kilomètres lors des migrations au travers des grandes plaines.

Reproduction de l’antilope d’Amérique

Les harems composés de deux à quinze femelles sont l'apanage des mâles dominants. Ceux-ci marquent leur territoire à l'aide de la substance contenue dans les glandes subauriculaires. La gestation dure en moyenne 252 jours et il est fréquent que la femelle mette bas deux petits qui pèsent près de 4 kilos à la naissance sur des territoires bien pourvus en nourriture. Dès l'âge de 2 jours, le faon est capable de courir plus rapidement qu'un cheval, mais il ne possède pas l'endurance des adultes. Il reste donc caché dans les hautes herbes près d'un mois, et il n'est en contact avec sa mère pour l'allaitement que pendant une période n'excédant pas 25 minutes pour éviter d'attirer l'attention des prédateurs. L'allaitement, le toilettage et le sevrage s'étalent sur quatre ou cinq mois dans les mêmes conditions d'isolement. Les jeunes atteignent leur maturité sexuelle vers 15 ou 16 mois.

Régime alimentaire de l’antilope d’Amérique

Le régime alimentaire de l'antilope d'Amérique change selon les régions et le climat. Elle préfère les herbes grasses aux graminées, les branches des arbustes, les feuilles et les bourgeons et même les jeunes cactus. Elle peut également chercher sa nourriture dans les cultures...

Menaces sur l’antilope d’Amérique

L'antilope a failli être exterminée au début du XIXe siècle. Sa population estimée entre 35 et 60 millions avait chuté à 15.000 en 1915 à cause de la chasse à outrance dont elle a été victime. Antilope d'Amérique et bison, même combat... Grâce à un sursaut moral des autorités, l'espèce a été protégée par un moratoire sur la chasse en 1940. De nos jours les effectifs des cinq sous-espèces recensées, sont remontés à 500.000 individus. Les causes de décès les plus fréquentes sont les collisions avec les véhicules. La population du Mexique est fragilisée car elle ne compte que 1.200 individus.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi