Le fenouil, généralement bisannuel, peut devenir vivace si il est bien exposé au soleil et dans un sol drainé. ©phalim-ali, PHOVOIR

Planète

Fenouil

DéfinitionClassé sous :botanique , médecine , phytothérapie

Le fenouil commun ou doux, Foeniculum officinale ou vulgare, est une grande herbe vivace, originaire du bassin méditerranéen. Elle appartient à la famille des apiacées. Elle est cultivée aujourd'hui, tant pour ses qualités médicinales que gustatives.

Le terme « fenouil » s'applique à plusieurs taxons distincts de la famille des apiacées. En tout, près de 90 variétés de fenouil sont inscrites au catalogue européen des espèces.  C'est le fenouil commun que l'on utilise en cuisine. Son goût ressemble à celui de l'anis. On peut cuisiner toutes les parties de la plante : racines, feuilles et graines. On peut le consommer cru, en salade, ou cuit. Le fenouil peut atteindre 2 mètres de haut. Ses fleurs jaunes réunies en ombelles apparaissent généralement en Août ou en Septembre.

Le fenouil, un peu d'histoire

Le fenouil est une plante d'origine méditerranéenne. Sa popularité comme plante médicinale remonte à la haute Antiquité. Elle était déjà utilisée par les Égyptiens, puis par les Grecs et les Romains pour ses qualités thérapeutiques essentiellement carminatives, expectorantes et antispasmodiques.

1000 ans plus tard, elle fait partie des plantes dont la culture est recommandée dans les domaines royaux par Charlemagne dans le capitulaire De Villis. Le fenouil doux commence à être cultivé en Toscane vers la fin du Moyen Âge. Popularisé par Catherine de Médicis, il est devenu l'un des légumes préférés des Italiens.

La tradition marseillaise veut qu'à la Saint-Michel, le 29 septembre, on ramasse le fenouil qui commence à sécher. En le cueillant ce jour là, il conserverait son parfum pour l'année entière. © Koirill, FOTOLIA

Le fenouil : culture et récolte

Le fenouil aime les sols profonds, frais, légers, riches et humifères. En bon méditerranéen, il raffole des expositions ensoleillées. Le fenouil se sème en pleine terre d'avril à juin. C'est un légume facile à cultiver, il ne demande que peu de soin, si ce n'est un apport en eau régulier, surtout l'été, où il est susceptible de monter en graines un peu trop rapidement, au détriment de la formation du "bulbe".

Au potager, évitez de semer le fenouil prés des tomates, de la coriandre ou des fèves. En revanche il s'entend bien avec le céleri à côtes, le céleri-rave ou le poireau. Si vous cultivez des choux pensez à les entourer de fenouil, de menthe ou de sauge pour les protéger des chenilles et des papillons

Le fenouil est aussi une plante médicinale

Le fenouil est très riche en fibres, en vitamines A, B, C et E ainsi qu'en minéraux, en oligoéléments (calcium, potassium, magnésium, fer, phosphore) et en... anéthol. Également présent dans l'anis - d'où la proximité olfactive des deux plantes - cet alcool confère au fenouil ses principales vertus médicinales.Le fruit du fenouil (qui correspond en fait à ses graines) est traditionnellement utilisé pour stimuler la digestion et traiter les petits troubles digestifs : flatulences, ballonnements épigastriques, renvois et rots divers. C'est pourquoi il peut s'avérer particulièrement utile à la fin d'un repas trop copieux, trop gras ou... trop arrosé. Quant aux dames, elles apprécient également son effet antispasmodique, en cas de règles douloureuses ou, là encore, de troubles intestinaux.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Note. La phytothérapie est utilisée en médecine traditionnelle depuis des siècles. Son efficacité et son innocuité restent toujours discutées. Et pour cause, comme l’explique l’Organisation mondiale de la Santé dans un rapport de 1998, « un nombre relativement petit d'espèces de plantes ont été étudiées pour d’éventuelles applications médicales ». Cet article s’inscrit naturellement dans cette démarche. Ajoutons que compte tenu des risques éventuels d’effets indésirables, d’interactions médicamenteuses voire de toxicité de certaines plantes, informez toujours votre médecin, si vous recourez régulièrement à la phytothérapie.

Bibliographie :

  • Guide des plantes qui soignent, édition Vidal, 2010.
  • L'Encyclopédie des plantes médicinales, édition Larousse, 2001 et 2017.
  • Les plantes médicinales, Institut européen des substances végétales, mars 2015. 
  • Ma bible des huiles essentielles, Danièle Festy, éditions Leduc.s, 2017.
  • Les huiles essentielles chémotypées, Dominique Baudoux et M.L. Breda, édition JMO.