Le yéti, cet abominable homme des neiges, serait en fait un ours. Certains des échantillons analysés semblaient effectivement provenir d’ours bruns de l’Himalaya. © artush, Fotolia

Planète

Yéti : l'abominable homme des neiges serait un ours

ActualitéClassé sous :zoologie , yéti , Ours

Depuis des siècles, la légende du yéti perdure au Népal et au Tibet, avec des témoignages et des récits transmis de génération en génération. Une nouvelle analyse ADN de huit échantillons provenant de supposés yétis montre qu'il s'agirait en fait d'ours asiatiques.

Le yéti, cette créature qui habiterait dans les hautes montagnes de l'Asie, est-il un mythe ou une réalité ? Une étude de l'université d'État de New York, à Buffalo (États-Unis), apporte de nouvelles informations sur cette légende. Elle se base sur l'analyse de neuf échantillons de musées et collections privées supposés appartenir à des yétis : os, dent, peau, poils, fèces provenant de l'Himalaya et du plateau tibétain. Ces échantillons ont été fournis par la production qui avait réalisé un film sur le yéti en 2016, Yeti or Not.

D'après les résultats de l'étude génétique, un échantillon venait d'un chien et les huit autres d'ours noirs asiatiques, d'ours bruns de l'Himalaya ou d'ours bruns tibétains. Charlotte Lindqvist, auteur de ces travaux, a expliqué dans un communiqué : « Nos résultats suggèrent fortement que les fondements biologiques de la légende du yéti peuvent être trouvés chez les ours locaux, et notre étude démontre que la génétique devrait être capable de démêler d'autres mystères similaires ».

L'ours brun de l'Himalaya isolé par une glaciation

Cette recherche apporte aussi des informations sur l'histoire évolutive des ours d'Asie, dont certains, comme les ours bruns de l'Himalaya, sont actuellement menacés. Les scientifiques ont séquencé l'ADN mitochondrial de 23 ours asiatiques, y compris celui des supposés yétis, et l'ont comparé à celui d'autres ours dans le monde.

L'analyse a montré que les ours bruns de l'Himalaya appartiennent à une lignée qui a divergé tôt par rapport aux autres ours bruns, il y a 650.000 ans environ, au cours d'une glaciation. La croissance des glaciers a dû séparer les ours de l'Himalaya des autres, ce qui expliquerait qu'ils aient évolué indépendamment.

Pour en savoir plus

Bigfoot : génétiquement, le yéti serait un ours

Article d'Andrea Haug paru le 6 juillet 2014

Des chercheurs ont analysé une série d'échantillons de poils d'animaux attribués au yéti en provenance de plusieurs pays où la légende perdure. Résultat : une fois écartés les fibres de verre et les restes de vaches, de ratons laveurs ou même d'êtres humains, il reste deux génomes qui ressemblent à celui d'un ours polaire... fossile.

L'abominable homme des neiges, l'autre nom donné au yéti, pourrait être un ours. C'est ce que concluent des chercheurs dans une sérieuse étude parue dans le journal Proceedings of The Royal Society B. Habitant de l'Himalaya, ce mystérieux animal résiderait aussi — ou alors serait-ce des cousins — dans d'autres régions du monde sous le nom de Bigfoot en Amérique du Nord et d'Almasty ou de Kaptar dans le Caucase. Les témoignages abondent un peu partout sur la planète, mais laissent les scientifiques de marbre : ce primate humanoïde énigmatique reste considéré comme un être légendaire devant le manque flagrant de preuve matérielle incontestable.

Partout dans le monde, des légendes décrivent un être mi-homme mi-animal, couvert de poils hirsutes, marchant sur deux jambes et mesurant entre 1,50 et 3,75 m. Son nom varie selon les localités : yéti au Népal et au Tibet, Mande barung en Inde, Bigfoot aux États-Unis, Sasquatch au Canada, Almasty ou Kaptar dans le Caucase, Yowie en Australie, Mapinguari au Brésil, Sajarang gigi en Indonésie ou encore Basajaun au Pays basque. © Wanida.w, Wikimedia Commons, CC by-sa 3.0

Depuis 2012, Bryan Sykes, généticien à l'université d'Oxford au Royaume-Uni, et ses collègues se sont lancés dans l'analyse des échantillons de poils et de cheveux en provenance de différents pays du Globe. Les résultats confirment ce que nous avions annoncé en octobre 2013 : le génome du yéti serait celui d'un ours polaire. Parmi les 57 échantillons issus de musées et de collections privées, deux présentent une séquence génétique qui correspond « à 100 % à l'ADN d'un fossile d'ours polaire (Ursus maritimus) âgé de plus de 40.000 ans, mais pas avec des spécimens modernes de cette espèce », concluent-ils.

Or, l'un de ces deux échantillons proviendrait d'un animal du Ladakh, en Inde, qui se serait montré particulièrement agressif et qui aurait été abattu par un chasseur expérimenté, il y a 40 ans. L'autre spécimen à qui appartiendraient les poils serait originaire d'une forêt de bambous, à 3.500 m d'altitude, dans une région du Bhoutan réputée pour être le nid d'un Migyhur, la version bhoutanaise du yéti.

Le yéti, ours rocheux tibétain, logerait notamment sur l'Everest, montagne située dans la chaîne de l'Himalaya, à la frontière entre le Népal et le Tibet. Le naturaliste britannique B. H. Hodgson est le premier Européen à faire référence explicitement à la créature dans son récit Rencontre avec le yéti, paru en 1832 dans le Journal de la société asiatique du Bengale. © R. Hyland, Wikimedia Commons, CC by-sa 3.0

Il n'y aurait pas un, mais des yétis

Pour les auteurs de l'article scientifique, les deux échantillons pourraient appartenir à une espèce d'ours inconnue jusqu'alors ou bien à un ours polaire qui aurait un pelage brun, ou encore à une espèce hybride d'ours polaire (Ursus maritimus) et d'ours brun (Ursus arctos). En prenant cette dernière hypothèse, les deux spécimens, bouthanais et indien, pourraient être les descendants d'une « souche apparue au tout début de la différenciation entre l'ours brun et l'ours polaire », supposent les chercheurs. Si elle était répandue et que le comportement agressif observé sur l'animal indien était représentatif de l'espèce, ce nouveau mammifère expliquerait la persistance de la légende du yéti. Avant toute conclusion, les chercheurs souhaitent poursuivre leurs investigations.

Qu'en est-il des 55 autres échantillons ? Après avoir écarté ceux qui n'étaient pas de la matière organique animale — l'un d'eux était composé de fibres de verre —, l'équipe en a expertisé 34 autres. Vaches, chevaux, ratons laveurs, humains, cerfs, coyotes et même un tapir de Malaisie : les espèces à qui on a fait jouer le rôle de l'animal mystère étaient variées. Mais aucun des échantillons n'a révélé une nouvelle espèce de primate bipède.

Ce résultat ne découragera pas les « pro-yéti » ou plutôt les « pro-Bigfoot », affirme le psychologue Rhettman Mullis, co-auteur de l'article scientifique... et qui en est un lui-même. Convaincu de la réalité de cet être communément connu sous le nom de Sasquatch ou de Bigfoot aux États-Unis et qu'il dit avoir croisé de nombreuses fois, il est aussi responsable du site Bigfootology consacré au phénomène Bigfoot. Pour lui, certes, le yéti décrit dans l'Himalaya est un ours mais l'étude ne démontre pas que Bigfoot n'existe pas...

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi