Planète

Raton laveur

DéfinitionClassé sous :zoologie , Procyonidé , carnivore
Photo d'un raton laveur. © Harlequeen, Cambridge, United Kingdom, CCA 2.0 Generic license

Raton laveur (Linnaeus 1758) - Procyon lotor

  • Ordre : Carnivora
  • Sous-ordre : Caniformia
  • Famille : Procyonidae
  • Sous-famille : Procyoninae
  • Genre : Procyon
  • Taille : 0,50 à 0,70 m (longueur de la queue 0,30 m) 
  • Poids : 4 à 9 kg
  • Longévité : 5 ans

Statut de conservation UICN : LC préoccupation mineure 

Description du raton laveur

Le pelage du raton laveur est généralement gris-brun sur la partie supérieure du corps et plus clair sur le dessous. La face présente deux larges taches noires autour des yeux qui forment comme un masque, tandis qu'une bande noire court sur le museau jusqu'au sommet de la tête qu'il a large. Le museau pointu est muni de longues vibrisses, et les oreilles courtes. La queue est ornée d'une demi-douzaine d'anneaux sombres et son extrémité est toujours noire. Les pattes sont dotées de cinq griffes non rétractiles.

Raton laveur. © Bastique, GNU FDL Version 1.2

Habitat du raton laveur

Le raton-laveur commun se trouve depuis le sud du Canada, dans presque toute l'Amérique du Nord jusqu'au Mexique, alors que d'autres sous-espèces sont présentes en Amérique centrale et sur les îles des Caraïbes. Il a été introduit en Europe où il s'est étendu jusque dans les régions caucasiennes. Il fréquente les forêts de feuillus et les forêts mixtes ainsi que les zones agricoles. On le trouve dans les marais, les lisières de forêts et même en milieu urbain.

Comportement du raton laveur

Le raton laveur est nocturne, et se déplace plutôt gauchement au sol, ce qui le rend vulnérable. En contrepartie, c'est un excellent nageur et un grimpeur hors pair. Il est capable de descendre d'un arbre la tête en bas en restant cramponné au tronc par rotation à 180° de ses chevilles. C'est un animal intelligent et curieux qui s'autorise toutes les audaces. En été et en automne, il constitue une réserve de graisse dans laquelle il puisera en hiver. Il n'hiberne pas mais passe par des périodes de torpeur. Dans la nature il gîte dans un arbre creux, sous une souche, un terrier abandonné ou une grange. En milieu urbain, on le trouve dans les greniers, les conduits de cheminées inutilisées, les égouts et les déversoirs d'eau. Seul le mâle défendra son territoire contre les intrus qui se chevauchent fréquemment.

Raton laveur sortant de l'eau. © D. Gordon E. Robertson, CCA-SA 3.0 Unported license

Reproduction du raton laveur

La période de reproduction s'étend sur les mois de janvier à mars selon les régions. La gestation dure un peu plus de deux mois au terme de laquelle la femelle qui n'a qu'une portée par an, donne naissance à trois ou cinq jeunes. Les petits naissent aveugles et ouvrent leurs yeux vers 3 semaines. Ils sont sevrés à 4 mois. Leur masque noir apparaît vers 10 semaines. Les petits passent une année complète avec leur mère qu'ils ne quittent qu'à l'été suivant. Ils sont sexuellement matures entre 1 et 2 ans selon qu'il s'agisse d'une femelle ou d'un mâle.

Jeunes ratons laveurs. © garyjwood, CCA-SA 2.0 Generic license

Régime alimentaire du raton laveur

Le raton laveur est omnivore mais préfère les invertébrés : insectes, vers, larves... Il se nourrit également de mollusques et de crustacés d'eau douce, et de petits rongeurs comme les mulots et les campagnols. Lors de la saison estivale, il mange davantage de baies, de glands, de noix et de fruits. Dans les milieux urbains, il fouille les poubelles pour trouver sa pitance. 

Menaces sur le raton laveur

Le raton laveur commun est une espèce prolifique dotée d'une grande capacité d'adaptation, et ses effectifs ne sont pas menacés. Même chassés par les agriculteurs qui les considèrent comme nuisibles parce qu'ils pillent les vergers, les greniers à grains, les ruches et les poulaillers, ou victimes d'accidents de la route, ses populations se portent bien. En Europe il est classé en tant qu'espèce invasive représentant une menace pour notre faune sauvage. 

Raton laveur curieux. © Carsten Volkwein, CCA-SA 2.5 Generic license

Le saviez-vous ?

Sur le mont Royal (Montréal, Québec), on a décompté 64 ratons laveurs au kilomètre carré. Ces animaux sont devenus les rois de la jungle urbaine. Ils ont su s'adapter, trouver des abris et de la nourriture facilement dans les poubelles, et de ce fait ils prospèrent en devenant de plus en plus gros et paresseux. Mais aussi plus rusés... Cette adaptation à la vie citadine pourrait voir émerger une nouvelle sous-espèce. Un documentaire scientifique intitulé Raccoon Nation, tourné par une équipe scientifique de Toronto et diffusé en février 2011, montre le comportement de ces petits bandits masqués. C'est surprenant. Ces animaux font preuve d'une intelligence certaine et leur dextérité est quasi-équivalente à celle des primates

Raton laveur dans une poubelle... © Steve, Washington D.C., USA, CCA-SA 2.0 Generic license
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi