Le petit panda né au zoo de Beauval cet été vient d'être baptisé en grande pompe, preuve du symbole fort que représente cet ours en grand danger d'extinction. Ce mignon nounours, Yuan Meng de son nouveau nom, né par insémination artificielle, nous rappelle la fragilité de cette espèce surprenante et se fait l'avocat d'insectes et de grenouilles, moins photogéniques. Écoutons-le.
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Un bébé panda découvre la neige pour la première fois En décembre 2016, il faisait froid à Washington, à tel point que la neige s’est mise à tomber sur le zoo du Smithsonian. Ce fut une bonne opportunité pour Bao Bao, le bébé panda star du parc, d’aller faire quelques glissades. À découvrir en vidéo.

L'abominable suspens est clos. Le petit panda né au zoo de Beauval, dans le Loir-et-Cher, le 4 août 2017 de Huan Huan (la Joyeuse) et de Yuan Zi (quelque chose comme Fils de rond) par insémination artificielleinsémination artificielle, en même temps que son frère jumeaujumeau, mort le soir même, a enfin un nom chez les humains : Yuan Meng, « un souhait qui se réalise ». Comme on ne badine pas avec la « diplomatie du panda », utilisée par la Chine depuis, paraît-il, quatre mille ans, c'est la femme du Président de la République française qui est venue en personne, accompagnée du vice-ministre chinois des Affaires étrangères, Zhan Yesui, baptiser le petit mâle de 7,9 kgkg (pour 143 g à la naissance).

Voir aussi

Le panda géant reste menacé dans la nature

L'importance politique du symbole que représente le panda géantpanda géant, considéré comme un patrimoine national en Chine, souligne la rareté de cet ursidéursidé très particulier. Son espèceespèce, Ailuropoda melanoleuca, est cantonnée à une région du centre de la Chine et inféodée aux forêts de bambou, son alimentation quasiment exclusive.

Ce membre de l'ordre des CarnivoresCarnivores est en effet un herbivoreherbivore forcené qui se nourrit de ce végétal, pourtant difficile à couper et à digérer. L'évolution l'a doté d'un pouce supplémentaire, qui a fait couler beaucoup d'encre chez les zoologisteszoologistes et le panda géant s'est habitué à passer des heures à mâchouiller consciencieusement des tiges pour en recracher l'écorce.

Des triplés nés en 2014 au parc zoologique de Chimelong, en Chine. Un cas exceptionnel. Les naissances sont rares en captivité et souvent obtenues après insémination artificielle car, hors de la nature, les pandas ne semblent guère enclins à se reproduire. © Chimelong

Des triplés nés en 2014 au parc zoologique de Chimelong, en Chine. Un cas exceptionnel. Les naissances sont rares en captivité et souvent obtenues après insémination artificielle car, hors de la nature, les pandas ne semblent guère enclins à se reproduire. © Chimelong

Le panda géant, symbole de l'extinction de masse actuelle

Ses ancêtres sont venus de loin, peut-être d'Europe il y a dix millions d'années, d'après une étude récemment parue dans la revue Geiobios après la découverte de dents en Hongrie. On sait depuis quelques années que le panda géant n'est pas apparenté au panda roux, possédant lui aussi un pouce supplémentaire.

Voir aussi

Du nouveau sur le pouce des pandas !

Cet ursidé s'est donc adapté à un environnement bien spécifique, une niche écologique assez fragile. Quand les forêts de bambous disparaissent, les pandas géants aussi. L'agricultureagriculture a sérieusement fragmenté celles qui restaient et l'espèce, menacée de disparaître, est devenue aussi le symbole de l'extinction massive due aux activités humaines. Cette boule de poils, inoffensive, aux yeuxyeux fardés de noir sur une tête ronde, a il est vrai une allure attendrissante. Les dangers qui pèsent sur lui peuvent facilement toucher les mammifèresmammifères que nous sommes, plus indifférents devant l'hécatombe d'insectes ou d'amphibiensamphibiens, pourtant plus préoccupante pour l'avenir de nombreux écosystèmesécosystèmes.

Devant ces inquiétudes, la diplomatie du panda a évolué. La Chine ne donne plus ces animaux mais les loue, moyennant une forte somme et pour une duréedurée déterminée. Les sommes recueillies alimentent un fonds de protection de l'espèce. En 2022, le jeune Yuan Meng partira sans doute pour la Chine, avec ses parents, arrivés en 2012 et confiés à la France pour dix années.