Une étude récente montre que le mélange d'un champignon pathogène et d'un insecticide est particulèrement nocif pour les abeilles. Yves Le Conte, de l'Inra d'Avignon, explique à Futura-Sciences comment cette étude apporte un indice supplémentaire à la compréhension des fortes mortalités d'abeilles.
Cela vous intéressera aussi

Les scientifiques savent que les insecticides peuvent avoir un effet nocif sur les abeilles. Ils savent aussi que ces abeilles sont exposées à de nombreux organismes pathogènes qui réduisent leur taux de survie. Mais depuis peu, les recherches se sont intéressées à la synergiesynergie qui découle de l'association de deux parasitesparasites, deux insecticides ou d'un insecticideinsecticide et un parasite.

Les travaux de Cyril Vidau et de l'équipe de l'Inra d'Avignon emmenée par Luc Belzunces portent sur l'association de deux insecticides connus, le fipronil et le thiaclopride, avec un champignonchampignon pathogène, Nosema ceranae. Les résultats de l'étude, publiée récemment dans PLoS One, montrent que la synergie provenant de ces associations est particulièrement néfaste pour l'abeille domestique, Apis mellifera.

Insecticides et pathogène en synergie

« L'idée de tester les associations vient du fait que la communauté scientifique pense qu'un seul stressstress ne peut pas expliquer la forte mortalité que subissent les abeilles depuis quelques années, explique Yves Le Conte, directeur de l'UMR Abeille et Environnement à l'Inra d'Avignon, joint par Futura-Sciences. Il y a environ un an, on avait testé l'association Nosema ceranae – imidaclopride et on avait déjà observé un phénomène de synergie. »

« En fait, le but est de tester les agents de stress les plus jeunes et les plus pertinents » continue Yves Le Conte. N. ceranae, un des agents testés dans cette étude, est un champignon microsporidien qui provoque une diminution du taux de sucresucre dans l'hémolymphehémolymphe des abeilles et une augmentation de la demande énergétique, en s'introduisant dans le système digestif. Les deux insecticides associés à ce champignon, le fipronil - agent actif du Régent, l'insecticide phare de Bayer - et le thiaclopride, appartiennent respectivement à la famille des phénulpyrazoles et des néonicotinoïdesnéonicotinoïdes. Ils agissent tous les deux sur le système nerveux des abeilles, mais selon un mécanisme différent. 

Les doses rencontrées dans la nature

Les résultats de l'étude sont parlants : 71 à 82 % des insectesinsectes infectés par N. ceranae qui sont, dix jours plus tard, exposés à l'un ou l'autre des insecticides, meurt dans les 10 jours suivants (graphes ci-dessous). Pourtant, les doses d'insecticides auxquelles sont exposées les abeilles au cours de ces expériences ne sont normalement pas létales, prouvant que c'est bien l'association qui l'est. « On expose les abeilles à des doses qu'elles rencontrent dans la nature » justifie Yves Le Conte. En l'occurrence, les doses dans cette expérience étaient 100 fois inférieures à la dose nécessaire pour tuer la moitié des abeilles (cette dose est appelée DL50)

Graphe montrant la mortalité des abeilles au cours du temps, suivant les différents traitements subis (contrôle, juste un insecticide, juste le champignon pathogène et le mélange champignon pathogène + insecticide). Le cas échéant, l'exposition à l'insecticide a lieu au 10<sup>e</sup> jour. © Vidau <em>et al.</em>, 2011

Graphe montrant la mortalité des abeilles au cours du temps, suivant les différents traitements subis (contrôle, juste un insecticide, juste le champignon pathogène et le mélange champignon pathogène + insecticide). Le cas échéant, l'exposition à l'insecticide a lieu au 10e jour. © Vidau et al., 2011

L'étude apporte un nouvel indice qui contribue à la compréhension du syndrome d’effondrement des colonies d'abeilles dont l'origine est certainement multi-facteurs. Difficile d'y voir clair quand on sait que les abeilles sont la cible d'une vingtaine de virusvirus (dont certains sont dormantsdormants), de nombreuses bactériesbactéries, de parasites (notamment N.ceranae et le varroa, un acarienacarien ectoparasite) et de nombreux pesticidespesticides dont les cocktails sont présents dans le pollenpollen que collectent les butineuses.

Les prochaines étapes concernant l'étude de ce syndromesyndrome consistent à continuer d'évaluer la synergie des différents agents pathogènes. « Nous sommes en ce moment en train d'observer l'association entre N. ceranae et le varroa avec les pesticides » conclut d'ailleurs Yves Le Conte.