Planète

Les abeilles victimes d'un cocktail mortel... de médicaments

ActualitéClassé sous :zoologie , développement durable , abeille

Censés protéger les colonies d'abeilles domestiques contre leurs parasites, un antibiotique et des acaricides constituent, lorsqu'ils sont associés, un cocktail mortel. C'est ce que montre une étude américaine, confirmant l'idée que le mal qui frappe les abeilles partout dans le monde est le résultat d'une combinaison de facteurs. Une nouvelle étape dans la résolution de ce mystère, comme Yves Le Conte, spécialiste des abeilles, l'explique à Futura-Sciences.

Les abeilles sont particulièrement sensibles à l'action combinée de l'exatétracycline et de pesticides. © ComputerHotLine, Flickr, cc by 2.0
  • Découvrez l'abeille à travers notre dossier 

Le mystère de la disparition des abeilles (Apis mellifera) - connu sous le nom de syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles - n'est toujours pas résolu et les scientifiques continuent de chercher les coupables. Peu de chances qu'un unique insecticide, acaricide, pathogène ou tout autre ennemi de la ruche soit responsable à lui seul. Les chercheurs se prononcent de plus en plus en faveur d'une combinaison de facteurs et, comme nous le concède Yves Le Conte, directeur de l'UMR Abeille et environnement, « les mécanismes ne sont pas simples ».

Une récente étude menée aux États-Unis par des scientifiques de l'université du Maryland rend compte de la nocivité engendrée par l'action combinée d'un antibiotique et d'acaricides utilisés pour protéger les colonies. Le premier est l'oxytétracycline. Quant aux seconds, les auteurs en ont testé plusieurs parmi lesquels le fluvalinate (l'agent actif de l'Apistan) et le coumaphos (interdit en France), deux des principaux traitements utilisés pour lutter contre le varroa, un acarien qui porte très bien son nom - Varroa destructor - et qui ravage les colonies d'abeilles en s'attaquant aux larves et aux femelles.

Un antiobiotique et des acaricides

L'oxytétracycline est censée protéger les abeilles contre les virus, les bactéries et autres microbes présents à l'intérieur de la ruche, mais particulièrement contre la loque américaine, « une bactérie très contagieuse et prise très au sérieux par les apiculteurs », explique Yves Le Conte.

En Europe, aucune trace de cet antibiotique n’est tolérée dans le miel. « Lorsqu'une ruche est contaminée, les apiculteurs ont deux choix. Soit ils brûlent la ruche et la colonie infectées, soit ils brûlent uniquement la ruche et transfèrent la colonie, qu'ils traitent avec l'antibiotique, dans une nouvelle ruche », indique le chercheur. Quoi qu'il en soit, le miel alors produit par ces abeilles durant l'année qui suit devra être détruit.

Taux de mortalité en fonction du traitement des abeilles. Au-dessus des barres d'erreurs, les lettres sont identiques en cas de différence non significative. La combinaison de deux traitements (antibiotique et acaricide) induit une augmentation de la mortalité. © Hawthorne et Dively 2001, Plos One/Adaptation Futura-Sciences

Mais aux États-Unis, cette molécule est communément utilisée chaque année, en prévention. Son efficacité, comme tout antibiotique utilisé à tour de bras, devrait néanmoins finir par s'estomper. Et au regard des résultats de l'étude de David Hawthorne et Galen Dively, son interdiction ne serait pas surprenante.

Une forte augmentation de la mortalité

Car son action combinée avec des acaricides est désastreuse, comme l'affirment les auteurs des expériences dans la revue Plos One. Ils ont en effet montré que couplé avec l'antibiotique, le coumaphos fait passer la mortalité des abeilles de 7 % à 51 % et le fluvalinate de 5,6 % à 39 %. 

Par quel mécanisme ? Au niveau des parois cellulaires, une majeure partie des animaux possède des protéines capables de se débarrasser des toxines ou tout autre élément xénobiotique présent au sein de la cellule, afin de les diriger vers les voies d'excrétion. On les appelle - et il ne s'agit pas d'une blague - les transporteurs MDR (pour Multi-Drug Resistance). Le plus connu d'entre eux est le p-glycoprotéine et c'est sur celui-ci que les chercheurs américains ont travaillé. Selon eux, la mortalité accrue des abeilles lors de l'action couplée de l'antibiotique et de l'acaricide vient du fait que le premier est pris en charge par le p-glycoprotéine qui ne peut donc plus s'occuper d'évacuer le second vers l'extérieur de la cellule.

« Un stress pour affaiblir, un autre pour tuer »

Une nouvelle preuve que la mort des abeilles est la conséquence de phénomènes aussi multiples que complexes. « Les interactions entre différents facteurs sont quelque chose de très important », explique encore Yves Le Conte qui a déjà mis en évidence l'effet dévastateur de l'action combinée d'un insecticide et d'une bactérie. « Lorsque les abeilles sont confrontées à plusieurs stress, l'un d'eux affaiblit la colonie tandis qu'un autre la tue ».

La nouveauté, ici, c'est que les produits qui entrent en synergie sont tous les deux introduits volontairement par l'apiculteur au sein de la ruche. Pourtant, si les traitements antivarroa semblent pour l'instant indispensables, l'exemple de l'Europe prouve que le traitement en prévention de la loque américaine ne l'est pas. Quand on vous dit que les antibiotiques, ce n'est pas automatique !

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi