Planète

La Terre vue de l'Espace : la barrière de Brunt

ActualitéClassé sous :Terre , Espace , barrière de Brunt

La barrière de Brunt est une plaque de glace flottante de 100 mètres d'épaisseur qui est alimentée principalement par les glaces s'écoulant depuis la terre de la Reine-Maud. Elle a été photographiée par le satellite Envisat.

Sur cette image prise par Envisat apparaît la barrière de Brunt qui s'étend en bordure de la mer de Weddel, sur les côtes du nord de la terre de Coats, en Antarctique. © Esa

La barrière de Brunt s'écoule chaque année de plusieurs centaines de mètres vers l'océan. Une fois qu'elle atteint la mer de Weddel, elle est soumise au stress combiné des températures plus hautes et du mouvement des marées jusqu'à ce que des fragments s'en détachent et forment des icebergs. Depuis le milieu des années 1950, la barrière abrite la station polaire Halley du British Antarctic Survey. Comme la barrière est mouvante, elle emporte avec elle la station Halley, qui dérive vers le nord-ouest d'environ un demi-kilomètre chaque année. L'état de la barrière n'est pas considéré comme stationnaire.

Il y a un risque de fractionnement, par l'extension des fractures et les impacts d'icebergs. Si la barrière venait à se séparer de la péninsule, elle ne causerait pas de montée du niveau des eaux car elle est déjà en flottaison.

Un suivi à long terme

L'étude des barrières de glaces est importante car il s'agit d'indicateurs du changement climatique en cours. L'observation par satellites de l'Antarctique sur le long terme est essentielle car elle fournit des données indiscutables sur les tendances en cours et permet aux scientifiques de faire des prévisions. Au cours des vingt dernières années, les satellites des missions ERS et Envisat de l'Esa ont été les principaux instruments pour l'évaluation et la démonstration de l'utilité des données collectées par l'observation des régions polaires depuis l'espace.

Le radar Asar (Advanced Synthetic Aperture Radar) d'Envisat a acquis cette image le 5 mars 2011. Il est particulièrement adapté à l'acquisisition des données au-dessus de l'Antarctique car il est capable de « voir » à travers les nuages et dans l'obscurité - deux conditions d'observation très courantes dans ces régions. Les images quotidiennes de l'Antarctique prises par Asar sont mises à disposition des scientifiques et aisément accessibles. Également visible à l'image, l'île de Lyddan se caractérise par trois péninsules étroites qui la font ressembler à une queue de baleine.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi