Les grands impacts météoritiques affectent la surface de la Terre sur de très longues périodes de temps. © 3000ad, fotolia
Planète

Un gigantesque impact météoritique aurait secoué la Terre pendant plusieurs milliers d’années

ActualitéClassé sous :Terre , Géologie , croûte continentale

Une énorme météorite aurait impacté la Terre il y a plus de 2 milliards d'années. Cet événement cataclysmique aurait été suivi par une longue phase de rééquilibration de la croûte, engendrant des tremblements de terre pendant plusieurs milliers d'années.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] 5 questions sur les météorites  Elles auraient causé la disparition des dinosaures et leurs cratères ornent la surface de la Terre. Chaque jour, la Planète est bombardée par des centaines de météorites. 

Tous les 100 millions d'années environ, notre Planète est impactée par un astéroïde de grande taille, de plus ou moins un kilomètre de diamètre. Ces événements rares mais cataclysmiques sont connus pour avoir sévèrement impacté les écosystèmes, voire, pour certains d'entre eux, avoir provoqué des extinctions de masse. Le plus connu étant celui ayant participé à l’extinction des dinosaures il y a 65 millions d'années.

Mais au-delà de l'impact en lui-même et de ces conséquences directes (onde de choc, onde thermique, poussières dans l'atmosphère...), des chercheurs ont montré que de tels événements pouvaient aussi engendrer des tremblements de terre sur de très longues périodes de temps, de plusieurs milliers d'années.

Un gigantesque cratère vieux de 2 milliards d’années

Une équipe de l'université de Cape Town en Afrique du Sud a travaillé sur la structure d'un impact géant, celui de Vredefort, près de Johannesbourg. Peu connu, ce cratère d'impact est pourtant le plus grand du monde. Mais son grand âge fait qu'il n'est plus que partiellement visible. L'impact aurait en effet eu lieu au Précambrien, il y a 2,02 milliards d'années. L'érosion a donc eu le temps de faire son œuvre, gommant progressivement le relief du cratère. Près de 10 kilomètres de roche auraient ainsi été abrasés. La structure visible aujourd'hui en Afrique du Sud ne représenterait que la marque la plus profonde de l'impact.

Le cratère de Vredefort, près de Johannesbourg (Afrique du Sud). © Júlio Reis, Wikimedia Commons, domaine public

Bien que la structure initiale du cratère ne soit plus visible, pour les scientifiques cette importante érosion présente un formidable avantage, leur permettant notamment d'avoir accès à des structures géologiques normalement enfouies. Les chercheurs ont ainsi pu étudier les dykes créés lors de l'impact. Il s'agit de grandes « veines » remplies de magma généré par la surchauffe des roches lors de l'impact. Orientés de manière plus ou moins verticale, ces dykes traversent les granites qui composent la croûte continentale dans cette région et s'enfoncent profondément dans le sous-sol.

Une croûte qui rebondit sous l’impact

L'étude de ces dykes a notamment soulevé une question : comment expliquer leur extension à grande profondeur ? L'une des solutions évoquées est l'ouverture de fractures dans la croûte terrestre. Pour les chercheurs, l'impact titanesque aurait vaporisé brutalement plusieurs kilomètres de sédiments. En réponse à cette perte de masse soudaine, la croûte aurait réagi en « rebondissant ». Il s'agit là du processus de rééquilibration isostatique, bien connu dans les anciennes régions glaciaires. Cette réponse isostatique aurait été accompagnée de nombreux tremblements de terre. Mais durant combien de temps ?

L'équipe de scientifiques s'est rendu compte que les dykes n'avaient pas tous la même composition chimique. Cette observation implique qu'il y a eu plusieurs épisodes magmatiques à l'origine de ces structures, et que le temps entre ces épisodes a dû être relativement long pour permettre une différenciation chimique. L'idée des chercheurs est que plusieurs épisodes de tremblements de terre se sont succédé dans le temps, ouvrant tour à tour de nouvelles fractures par lesquelles le magma résultant de la surchauffe de l'impact se serait progressivement échappé. La région aurait ainsi été secouée pendant au moins des dizaines de milliers d'années après l'impact, en lien avec la rééquilibration de la croûte terrestre.

Ces résultats montrent à quel point ces événements cataclysmiques affectent la surface terrestre dans le temps.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !