Un « singe mystère » subadulte a été découvert en Malaisie et serait un hybride entre deux espèces locales. © Lhota et al., 2022
Planète

La déforestation aurait donné naissance à ce « singe mystère »

ActualitéClassé sous :singe , Biodiversité , déforestation

S'il est courant d'observer des hybridations entre espèces proches de primates vivant dans une même zone, il est beaucoup plus rare et étonnant de constater des hybrides entre singes très différents. Un « singe mystère » femelle a été photographié en Malaisie en 2017 et une équipe de recherche indique qu'il pourrait s'agir d'un rare hybride.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Interview 2/5 : La proximité génétique entre l'Homme et le singe  Il existe 95 % de similarités entre l’Homme et le chimpanzé. Le génome humain est donc très proche de celui de certains animaux. Nous avons rencontré Jean-Louis Serre, professeur de génétique, pour qu’il nous parle plus précisément des similitudes entre l’Homme et l’animal. 

La classification des primates en plusieurs genres dépend de certains aspects phylogénétiques mais également morphologiques, qui sont supposés constituer des barrières à la reproduction entre espèces de genres distincts. Or, le « singe mystère » présente un mélange de caractéristiques morphologiques qui pourraient appartenir à des espèces de genres différents qui se côtoient le long de la rivière Kinabatangan, en Malaisie, et qui seraient le nasique (Nasalis larvatus) et le semnopithèque à coiffe (Trachypithecus cristatus).

Le macaque crabier pour sa part s'est adapté à la présence humaine en apprenant à négocier des objets contre de la nourriture. © Futura

À partir de photographies du « singe mystère », les auteurs de l'étude dans l'International Journal of Primatology ont pris des mesures anatomiques (longueurs de l'épaule au coude, de l'avant-bras, de la cuisse, du mollet) et les ont comparées à celles de ses parents supposés.

Le « singe mystère » avait un nez assez prononcé comme celui du nasique et des poils de type et de coloration empruntés aux deux espèces

Outre ces mesures, les auteurs ont constaté que le « singe mystère » avait un nez assez prononcé comme celui du nasique et des poils de type et de coloration empruntés aux deux espèces. Il est à noter que cette femelle a été par la suite photographiée avec son petit, ce qui indique que l'hybridation entre N. larvatus et T. cristatus produit des individus fertiles.

Plusieurs photographies de « singe mystère » ont été prises dans la même zone depuis 2017 et les auteurs pensent qu'elles montrent toutes le même spécimen, bien que cela ne puisse pas être une certitude.

L'un des parents du « singe mystère » serait un nasique (Nasalis larvatus). © Igor, Adobe Stock

Des espèces confinées dans un même espace

De précédentes observations révèlent la présence de groupes mixtes dans la zone ainsi que des femelles N. larvatus allaitant et s'occupant de jeunes T. cristatus. Les auteurs indiquent que ce cas rare d'hybridation dans la nature a pu être favorisé par la modification de l'environnement naturel de N. larvatus et de T. cristatus qui a été fragmenté par les plantations de palmiers à huile.

Le second parent du « singe mystère » serait un semnopithèque à coiffe (Trachypithecus cristatus). © TravelmeSoftly, Adobe Stock

Les deux espèces sont maintenant confinées dans une même bande de forêt et ont très peu de possibilités pour rejoindre d'autres parcelles de forêt. Chez les semnopithèques, les mâles ont de plus tendance à se disperser et s'il ne reste aucun mâle parmi les femelles, un nasique pourrait y avoir des opportunités d'accouplement. Par ailleurs, la plus grande taille des nasiques pourrait leur donner l'avantage face aux semnopithèques et les chasser de leur territoire.

Des analyses génétiques restent à effectuer pour confirmer cette supposée hybridation et les auteurs envisagent d'effectuer des prélèvements de fèces. Si l'hypothèse de l'hybridation est confirmée, les auteurs mettent en garde contre la potentielle extinction de l'une des deux espèces. Une partie des gènes de cette dernière pourrait alors être assimilée chez la seconde espèce qui serait plus performante dans ce milieu restreint.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !