Cela vous intéressera aussi

La phylogénie correspond à l'étude des liens existant entre espècesespèces apparentées. Grâce à elle, il est possible de retracer les principales étapes de l'évolution des organismes depuis un ancêtre communancêtre commun et ainsi de classifier plus précisément les relations de parentés entre les êtres vivants.

La phylogénie, une notion plus que centenaire

La notion de phylogénie est indissociable de l'évolution, puisqu'elle part du principe que les organismes possèdent entre eux un lien de parenté. La notion d'évolution, théorisée pour la première fois par Jean-Baptiste Lamarck en 1809 sous le nom de transformisme, a mis du temps avant de s'imposer. Les travaux de Charles Darwin, publiés en 1859, vont apporter des éléments solidessolides attestant d'une évolution progressive depuis un hypothétique ancêtre commun universel, à l'origine de toutes les formes de vie actuelles.

Ainsi, il existe inéluctablement une parenté entre les espèces, liées par une histoire évolutive propre à chacune. En 1866, le biologiste allemand Ernst HaeckelErnst Haeckel invente le terme de « phylogénie » pour désigner cette relation de filiation qui unit les êtres vivants.

L’arbre phylogénétique pour représenter la phylogénie

De manière à mieux se figurer la parenté entre espèces, la phylogénie est représentée sous la forme d'un arbre phylogénétiquearbre phylogénétique. Celui-ci peut se présenter sous deux formes : un cladogramme, qui considère en chaque nœudnœud l'apparition ou la perte d'un caractère ; un dendrogramme, se focalisant davantage sur la distance génétiquegénétique entre les populations étudiées.