D'ici 2100, plusieurs millions de personnes seront exposées à des températures dangereuses pour le corps humain durant plus de la moitié de l'année, décrit une étude. Et ce, que nous parvenions ou non à limiter le réchauffement climatique. Dans le scénario le plus probable, ce sera bien pire.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Les aliments qui contribuent le plus au changement climatique La production de nourriture humaine génère 37% des émissions globales de gaz à effet de serre. Mais tous les aliments ne se valent pas. Voici le top 5 des aliments émettant le plus de gaz à effet de serre.

« Il est possible que si nous ne nous ressaisissons pas, des milliards de personnes seront vraiment, vraiment surexposées à ces températures extrêmement dangereuses d'une manière que nous n'avons fondamentalement jamais vue », a déclaré Lucas Vargas Zeppetello, climatologueclimatologue à l'Université de Harvard et premier auteur d'une étude sortie dans Nature. Cette déclaration alarmante fait suite aux conclusions de l'étude qui projette différents scénarios climatiques pour 2100 et qui les associe à une exposition ayant un indice de chaleurchaleur élevé partout dans le monde, une quantité exprimée en température qui prend en compte à la fois la température de l'airair et l'humidité relative. 

Parmi ces six futurs envisagés se trouve le plus optimiste, dans lequel l'atmosphère se réchauffe de moins de 2 °C alors qu'elle en est déjà à 1,1 °C depuis 1850, et d'autres plus pessimistes. Pour calculer l'indice de chaleur d'aujourd'hui à 2100, l'équipe a effectué des « projections probabilistes des concentrations anthropiques de CO2 et une nouvelle approche de mise à l'échellemise à l'échelle qui relie ces projections globales aux changements locaux de température et d'humidité relative », explique l'étude. Les résultats sont effrayants.

L'image a indiqué le nombre moyen de jours par an pendant lesquels le seuil de l'indice de chaleur dangereux a été dépassé dans l'enregistrement historique (1979-1998). De b) à g), la même quantité sous les divers scénarios de changement climatique. © Vargas Zeppetello, L.R., Raftery, A.E. & Battisti, D.S, <em>Nature</em> 2022
L'image a indiqué le nombre moyen de jours par an pendant lesquels le seuil de l'indice de chaleur dangereux a été dépassé dans l'enregistrement historique (1979-1998). De b) à g), la même quantité sous les divers scénarios de changement climatique. © Vargas Zeppetello, L.R., Raftery, A.E. & Battisti, D.S, Nature 2022

Même avec moins de 2 °C, des millions de gens subiront des chaleurs extrêmes bien plus fréquentes

Quel que soit le scénario envisagé, l'étude démontre que « même si l'objectif de l'Accord de Paris de limiter le réchauffement climatique à 2 °C est atteint, l'exposition aux niveaux dangereux de l'indice de chaleur augmentera probablement de 50 à 100 % dans la plupart des tropiques et augmentera d'un facteur de 3 à 10 dans de nombreuses régions aux latitudes moyennes ». De plus, selon eux, « le changement de température moyen mondial approchera probablement +2 °C d'ici 2050 ». Ce sont ainsi des milliards de personnes qui seront impactées si les émissionsémissions de GESGES ne sont pas réduites, notamment les régions tropicales où la chaleur sera dangereuse plus de la moitié de l'année.