L'augmentation de la concentration atmosphérique en gaz à effet de serregaz à effet de serre (GES), les variations de l'insolation, les variations de la concentration en aérosolsaérosols naturels ou anthropiques sont autant de forçages auxquels le système climatique est soumis. Sa réponse à ces forçages, c'est-à-dire la variation de température correspondante, dépend des nombreuses rétroactionsrétroactions du système.

Une rétroaction c'est une modification du bilan radiatif produite par le changement de l'une des composantes du système climatique, changement lui-même déclenché par le forçage initial. La plus évidente est la rétroaction albédoalbédo, c'est-à-dire celle de la glace et de la neige : dans un monde plus chaud il y a moins de neige, l'albédo diminue, l'énergieénergie solaire absorbée augmente, elle amplifie donc le forçage initial, c'est une rétroaction positive. Notez que si la température diminuait, la rétroaction albédo amplifierait le refroidissement. Il existe de très nombreuses rétroactions plus ou moins importantes, dans la suite nous examinons la rétroaction du COet la rétroaction potentiellement la plus puissante, celle de la vapeur d'eau.

Pour évaluer le prochain réchauffement, il faut étudier les différentes rétroactions. © Yves Fouquart

Pour évaluer le prochain réchauffement, il faut étudier les différentes rétroactions. © Yves Fouquart

Au sommaire de ce dossier 

  • La rétroaction du CO
  • La rétroaction de la vapeur d'eau 
  • À la recherche du thermostatthermostat pour la Planète
  • La rétroaction du gradientgradient de température
  • Conclusion

Ce dossier fait suite aux deux précédents qui traitaient des forçages naturels et des mécanismes amplificateurs envisagés pour le forçage solaire. La notion de forçage est rappelée dans le premier de ces dossiers mais elle est aussi définie précisément dans un autre dossier antérieur à cette série, axé sur les incertitudes des prévisions météorologiques.