Les gorfous du Fiordland ont comme particularité d’avoir de grands sourcils jaunes. © John Yunker, Fotolia

Planète

Un manchot de Nouvelle-Zélande parcourt 6.800 km en deux mois !

ActualitéClassé sous :oiseaux , extinction , Megadyptes antipodes

Grâce à des balises Argos, des chercheurs ont suivi 20 gorfous du Fiordland au départ de la Nouvelle-Zélande. Ils ont été surpris de constater qu'ils pouvaient parcourir jusqu'à 6.800 kilomètres aller-retour en deux mois, lors d'un marathon solitaire qui démarre chaque année en décembre.

Chaque année en décembre, un manchot aux grands sourcils jaunes broussailleux quitte les côtes de Nouvelle-Zélande pour un marathon solitaire de deux mois, parcourant jusqu'à 6.800 kilomètres aller-retour, une distance époustouflante selon les chercheurs qui ont réussi pour la première fois à suivre les oiseaux. Les résultats de cette étude ont été publiés mercredi dans la revue scientifique PLOS One.

Les manchots, stars de dessins animés et universellement adorés, sont peu étudiés. Un tiers des espèces vivent en Nouvelle-Zélande, où elles font partie du paysage, principalement dans les régions sauvages du sud. La plupart sont néanmoins catégorisées vulnérables ou menacées. Jusqu'à présent, on ignorait où l'un de ces manchots, le gorfou du Fiordland (Eudyptes pachyrhynchus), migrait chaque année en quête de nourriture. Les zoologues supposaient qu'il restait près des côtes. Pour le vérifier, ils ont attaché des balises Argos sur 20 de ces oiseaux, qu'ils ont suivis quotidiennement dans leur migration.

« Au début, j'ai cru qu'il y avait une erreur dans les données », explique Thomas Mattern, chercheur de l'université de l'Otago en Nouvelle-Zélande, qui dirige le Projet Tawaki, du nom local du manchot. « J'étais complètement stupéfait, je me demandais : mais jusqu'où vont-ils aller ? » La destination des manchots s'est avérée être à mi-chemin de l'Antarctique, dans des zones où les eaux chaudes du nord se heurtent aux eaux froides du sud.

Puis les manchots sont retournés en Nouvelle-Zélande. Aller-retour, une femelle a parcouru 6.801 kilomètres en 67 jours. Un mâle a nagé 5.597 kilomètres en 77 jours. Les données complètes ne concernent que cinq animaux, les balises s'étant vraisemblablement détachées en cours de voyage chez les 15 autres. Ces nouvelles informations confirment que le manchot est l'un des nageurs vertébrés les plus extraordinaires de la planète. Selon Thomas Mattern, les Russes avaient même étudié l'hydrodynamisme de son pelage pour l'imiter pour leurs sous-marins.

Le gorfou du Fiordland, qui vit en Nouvelle-Zélande et accomplit une mystérieuse migration annuelle de milliers de kilomètres chaque année, photographié par le chercheur Thomas Mattern. © Thomas MATTERN – AFP

Des manchots étudiés grâce à un financement associatif et citoyen

Les chercheurs ont eu du mal à financer leur projet. Chaque balise coûte entre 1.500 et 2.000 dollars américains. Et, selon Thomas Mattern, « ce type de recherche de base n'est plus du tout à la mode ». Il a expliqué à l'AFP : « Pour obtenir des financements universitaires, il faut travailler sur des sujets en vogue, comme l'ADN antique ou la microbiologie. » C'est donc le grand public et des ONG qui ont contribué au projet.

Pourquoi s'intéresser aux migrations des manchots ? « Ils passent jusqu'à 80 % de leur temps dans l'océan et on n'a aucune idée de ce qu'ils y font », continue le passionné. « On n'est même pas certain de ce qu'ils mangent ». Or, ils sont menacés. « Si on veut agir, il faut comprendre ce qui les rend vulnérables. » Le réchauffement des océans, le tourisme et la pêche affectent probablement la vie des manchots, mais encore faut-il l'étudier scientifiquement.

Les manchots sont en danger dans le monde entier

« Les manchots sont en danger dans le monde entier », abonde Dee Boersma, spécialiste des manchots d'Amérique du Sud à l'université de l'État de Washington, commentant pour l'AFP cette étude à laquelle elle n'a pas participé. « Ils sont en concurrence avec la pêche humaine. » Elle ajoute : « Il y avait des millions de manchots africains, maintenant il en reste peut-être 30.000. Ils n'ont plus rien à manger, parce que les humains prennent presque toutes les sardines. »

Reste le mystère de la destination du manchot Tawaki. Pourquoi aller si loin, a fortiori quand les côtes néo-zélandaises grouillent, au moment du périple, de poissons et autres nourritures ? Les scientifiques supposent que cela pourrait être un instinct hérité d'espèces ancestrales de manchots qui vivaient plus au sud, avant de peupler les terres de Nouvelle-Zélande. Pour en savoir plus, d'autres études devront être menées. Si possible avec des financements internationaux, plaide Thomas Mattern : « Les manchots n'appartiennent pas aux Néo-Zélandais ou aux Australiens, c'est toute l'humanité qui en est responsable. »

  • Le gorfou du Fiordland part chaque année en décembre de la Nouvelle-Zélande.
  • Des chercheurs ont suivi certains d’entre eux par des balises Argos.
  • Ils se sont aperçus que les oiseaux parcouraient de longues distances, jusqu’à 6.800 kilomètres en deux mois.
Pour en savoir plus

Nouvelle-Zélande : un manchot peut vite en remplacer un autre

Article d'Andréa Haug paru le 15 mars 2015

Chassée à outrance à partir du XIIIe siècle, peu après l'arrivée des premiers Hommes, une espèce de manchot native de Nouvelle-Zélande a disparu. Un autre manchot originaire d'îles subantarctiques l'aurait remplacé en un temps record.

La place n'est pas restée vacante bien longtemps. Megadyptes waitaha, un manchot endémique de la Nouvelle-Zélande, fut éradiqué après l'arrivée de migrants polynésiens qui s'en nourrissaient. Il fallut peu de temps pour qu'une autre espèce, le manchot à œil jaune (Megadyptes antipodes) natif des régions subantarctiques, colonise les terres néo-zélandaises, indique une étude parue dans la revue Quaternary Science Reviews.

Cet épisode d'extinction d’une espèce suivi de son remplacement par une autre se serait déroulé en moins d'un siècle. Pour en retracer l'histoire, les scientifiques se basent sur l'analyse de l'ADN et la datation au carbone 14 d'os contenus dans des restes fossiles.

Espèce de nos jours considérée en danger, le manchot antipode ou manchot à œil jaune (Megadyptes antipodes) vit en moyenne 23 ans. Il est carnivore et aime vivre en couple plutôt qu’en colonie. © Zoharby, Wikimedia Commons, cc by sa 3.0

Avant l'arrivée des premiers colons et en l'absence de mammifères terrestres, les oiseaux sont le groupe animal qui règne en maîtres sur le territoire de la Nouvelle-Zélande. Au sommet de la chaîne alimentaire figure un énorme aigle prédateur.

Les choses changent de façon dramatique à partir du XIIIe siècle : phoques, lions de mer et surtout oiseaux géants sont généreusement consommés par les arrivants bipèdes. En moins de deux siècles, 40 % de l'avifaune disparaît. Un temps record, d'après les auteurs. Sur la liste des victimes : les neuf espèces connues de moa. Il faut dire que ces oiseaux inaptes au vol et dont l'apparence rappelle celle des émeus d'Australie pèsent jusqu'à 250 kilogrammes chacun. Les rats transportés dans les embarcations se régalent quant à eux des volatiles plus petits. « Ces extinctions et recolonisations sont une chose tout à fait unique dans le registre fossile », déclare l'auteur principal de l'étude Nic Rawlence, paléoécologiste à l'université d'Otago, en Nouvelle-Zélande, « et la vitesse[de ces événements] est également tout à fait unique », poursuit-il.

Un aigle géant de Haast attaquant des moas de Nouvelle-Zélande. L’extinction de leurs proies suite à leur chasse par des ancêtres des Maoris au XIIIe siècle a également entraîné la disparition de cette espèce prédatrice. © Dessin de John Megahan, Wikimedia Commons, cc by sa 2.5

La surprédation des oiseaux locaux épargne le manchot antipode

Mais revenons-en à nos manchots. D'après les chercheurs, l'espèce Megadyptes waitaha s'éteint vers la fin du XVe siècle. Seulement vingt ans plus tard, Megadyptes antipodes qui, selon Nic Rawlence, était déjà présente, mais sous la dominance de l'espèce néo-zélandaise prend ses aises sur le littoral. Et à l'arrivée des Européens, au XVIIIe siècle, les manchots à œil jaune ont totalement investi la côte sud-est sur l'île du Sud, l'une des deux îles principales du pays.

Cette transition représente l'un des événements de remplacement de la faune les plus rapides jamais documentés, concluent les auteurs, et apparaît liée à des transitions humaines démographiques et culturelles au cours du XVe siècle. Ces résultats montrent aussi que les forces anthropiques peuvent déclencher de rapides changements biogéographiques, ajoutent-ils.

Pourquoi les nouveaux occupants ne subissent-ils pas le même sort que les manchots autochtones ? Au fil du temps, la pénurie des grandes proies terrestres provoque le départ des hommes. Vers 1500, les insulaires abandonnent le tiers sud de l'île et optent, en outre, pour un régime alimentaire à base de poissons et de crustacés. Le nord est également plus propice à la culture des patates douces. Une chance pour le manchot à œil jaune.

À présent, l'équipe scientifique étudie l'influence de la chasse, de la destruction de l'habitat et du climat sur différentes espèces disparues de Nouvelle-Zélande.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Le manchot royal, témoin de l’état alarmant de l’écosystème marin  Observés au quotidien par des balises Argos, les manchots sont un bon indicateur des stocks de poissons dans une zone donnée. Obligés de parcourir des distances toujours plus grandes, ils pourraient bientôt disparaître. Le Cnes nous explique pourquoi au cours de cette vidéo.