Planète

La Louisiane redoute une énorme marée noire

ActualitéClassé sous :océanographie , louisiane , marée noire

Dans le Golfe du Mexique, les tentatives pour boucher le puits de pétrole, après l'accident qui a fait sombrer la plate-forme Deepwater Horizon, ont jusqu'à présent échoué et une gigantesque nappe s'approche des côtes de la Louisiane. D'importants moyens sont mis en œuvre et le satellite Envisat a pu prendre des images.

Envisat a survolé le Golfe du Mexique le 26 avril et a pu prendre cette image de la nappe de pétrole à l'aide de son radar à synthèse d'ouverture. Elle est nettement visible en bas à droite. La côte de la Louisiane est à une trentaine de kilomètres. La Nouvelle-Orléans se trouve au sud de la baie, en haut à gauche de l'image. © Esa

Du pétrole s'écoule au fond du Golfe du Mexique, après l'explosion, mardi 20 avril, de la plate-forme Deepwater Horizon, construite par Transocean pour BP. L'accident, qui s'est produit lors d'un forage, a fait quatre blessés graves et onze morts (sur 126 personnes à bord). Le 22, la plate-forme a fini par couler et repose maintenant à 1.500 mètres sous la surface.

Le forage, lui, est toujours là et le pétrole s'échappe dans l'océan. Un important dispositif de surveillance a été mis en place par Transocean et BP et par les garde-côtes des Etats-Unis. Huit robots sous-marins tentent de placer un couvercle sur l'épanchement mais n'ont toujours pas réussi.

La plate-forme elle-même contenait 2,6 millions de litres de pétrole et s'est posée à environ 450 mètres de l'orifice du forage qu'elle venait d'achever quand l'explosion s'est produite. Selon les dernières estimations des autorités américaines, le puits relâcherait 191.000 tonnes de pétrole par jour et 159.000 selon BP. En surface, la nappe est devenue gigantesque et s'étend maintenant sur 74.000 kilomètres carrés. La comparaison est désormais faite avec la marée noire causée en 1989 par l'échouage de l'Exxon Valdez près des côtes de l'Alaska. Le navire avait relâché 40.000 tonnes de pétrole, étalé sur 7.000 kilomètres carrés.


Le 21 avril 2010, la plate-forme pétrolière Deepwater Horizon est ravagée par un puissant incendie, provoqué par une explosion au moment où s'achevait un forage. Sur les 126 membres d'équipage, 115 ont pu être secourus, dont quatre gravement blessés. Onze personnes ont disparu. L'incendie n'a pas pu être maîtrisé et la plate-forme a coulé le lendemain. Le puits qu'elle a foré continue de libérer du pétrole. (Vidéo réalisée par les garde-côtes de La Nouvelle-Orléans.)

Comment colmater la fuite ?

Le Golfe du Mexique a déjà connu une catastrophe de cette nature. En juin 1979, la plate-forme Ixtoc 1, détruite par un violent incendie, a laissé s'échapper durant neuf mois une quantité de pétrole estimée à 530 millions de litres, soit environ 425.000 tonnes.

La responsable des garde-côtes de La Nouvelle-Orléans, Mary Landry, a évité la comparaison directe avec l'Exxon Valdez lors de sa conférence de presse de mardi mais elle a tout de même admis que « si nous ne sécurisons pas le puits, oui, ceci constituera une des pires marées noires de l'histoire américaine ».

Si les efforts pour arrêter l'écoulement des hydrocarbures restent vain, la solution sera d'enflammer le pétrole là où il atteint la surface de la mer. BP envisage également de forer des conduits autour du puits pour y injecter un produit très visqueux capable de colmater la fuite mais cette opération exige plusieurs mois.

La nappe se trouve actuellement à 32 kilomètres des côtes de la Louisiane et les services de météorologie prévoient qu'elle les atteindra en fin de semaine prochaine. L'endroit est connu pour sa richesse en oiseaux aquatiques.

Cela vous intéressera aussi