Ce week-end du 26-27 septembre 2020, il a neigé sur tous les massifs montagneux de France. © Mathieu, Adobe Stock
Planète

Après la vague de chaleur, nouveaux records de températures, mais de froid, cette fois !

ActualitéClassé sous :météorologie , vague de froid , Réchauffement climatique

-

Une vague de froid au mois de septembre, ça arrive. Mais celle que nous venons juste de vivre a été particulièrement intense. Quelques records et pas mal de neige sont tombés... moins de deux semaines après un épisode marqué de forte chaleur tardif et en plein réchauffement climatique !

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Changement climatique : à quand le point de non-retour ?  Depuis le début de l’ère industrielle, la Terre se réchauffe. Lentement, mais sûrement. Et elle semble aujourd’hui proche de ce que les scientifiques appellent son point de non-retour. Un seuil au-delà duquel la situation pourrait dramatiquement se dégrader. 

L'après-midi du lundi 14 septembre 2020 a été le plus chaud jamais enregistré -- depuis le début des mesures en 1947 -- en France pour un mois de septembre : 33,4 °C ! Bien au-dessus des 32,6 °C de septembre 1949. Et... dix jours plus tard qui plus est. La station de Nancy-Essey (54) -- dont les premières mesures datent de 1927 -- enregistrait même un record mensuel de 34,4 °C.

Mais ce week-end, renversement total de la situation : la France a connu une fraîcheur remarquable pour un mois de septembre. Avec des températures souvent de 5 à 9 °C en dessous des moyennes de saison. Là aussi, des records ont été battus. La station de Nancy-Essey, toujours, a enregistré une température minimale de 9,5 °C battant les 9,6 °C du 23 septembre 1931.

L'indicateur national de température maximale est calculé depuis 1947. En ce mois de septembre 2020, il a chuté de 19,1 °C en douze jours seulement. La dernière fois qu'une telle amplitude mensuelle a été enregistrée, c'était en janvier 1987 : entre le 1er et le 12 janvier, les températures avaient chuté de 20,2 °C !

En montagne, c'est la neige qui s'est précocement invitée à la fête. En Haute-Savoie, il a neigé dès 1.200 mètres d'altitude. Dans les Pyrénées, ce sont des cumuls jamais revus depuis 2007 pour un mois de septembre qui ont été observés : de 50 à 60 centimètres sur les massifs en fond de chaîne centrale vers 2.300-2.500 mètres d'altitude et 10 centimètres à Font-Romeu (66) à 1.650 mètres d'altitude.

À l'origine de cette vague de froid : la combinaison d'une masse d’air polaire venue du Groenland, d'Islande et de l'Atlantique nord, de rafales -- qui ont soufflé jusqu'à 120 km/h sur l'Atlantique -- et d'une dépression installée sur le sud de l'Angleterre. Mais la situation devrait revenir à la normale dans les prochains jours. Et ne présages-en rien de l'hiver à venir.

Météo France rappelle que de tels épisodes de froid extrême -- précoce ou tardif -- peuvent très bien se produire dans un contexte de réchauffement climatique avéré. À nos latitudes, ils seront cependant de moins en moins fréquents et intenses. Et malgré cela, la France devrait terminer ce mois de septembre 2020 en affichant une anomalie de température de +1,7 °C -- plus ou moins 0,2 °C -- par rapport aux moyennes de 1981-2010.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !