Planète

Le plus grand détecteur de séismes du monde dans votre ordinateur ?

ActualitéClassé sous :géologie , Quake-Catcher Network , QCN

Certains portables, comme les récents modèles d'Apple, comportent un accéléromètre, autant dire un sismomètre. Il n'en fallait pas plus pour donner à un groupe de géologues l'idée d'un projet sur le style de Seti@home pour surveiller les séismes autour de la faille de San Andreas, en Californie.

Le Quake-Catcher Network, un réseau de bénévoles pour surveiller les soubresauts de la planète. © QCN

Une fois en place, le Quake-Catcher Network (QCN, en français, le réseau qui attrape les séismes) sera le plus vaste détecteur de tremblements de terre, réparti, on l'espère, sur des milliers de kilomètres carrés, en Californie, dans la baie de San Fransisco et autour de Los Angeles. Dans ce secteur, traversé par l'immense faille de San Andreas, les séismes sont fréquents et les appareils de mesure déjà nombreux. Mais cela ne suffit pas. Quand la terre se met à trembler, il faut disposer le plus rapidement possible d'une sorte d'instantané des vibrations détectées afin de localiser l'épicentre et de jauger l'intensité pour décider éventuellement de mesures à prendre.

Une équipe du département de géologues, menée par Jesse Lawrence (université de Stanford) et Elizabeth Cochran (université de Riverside), a eu l'idée de faire appel aux ordinateurs des particuliers et de monter un réseau sur le modèle du calcul partagé en réseau. Le principe est celui inauguré par Seti@home, pour la recherche de messages d'extraterrestres parmi les signaux reçus par le radiotélescope d'Arecibo, et repris depuis par nombre de travaux scientifiques. Le projet des géologues s'appuie sur le réseau Boeinc (Berkeley Open Infrastructure for Network Computing), qui fédère plusieurs opérations de calcul partagé.

Mais comment un ordinateur peut-il détecter un séisme ? Pour protéger les ordinateurs portables en cas de chute, certains constructeurs leur ajoutent un accéléromètre, capable de détecter des mouvements brusques selon les trois axes. En cas de choc, la tête du disque dur, un élément très fragile, est mécaniquement bloquée pour éviter une déformation ou un contact avec la surface du disque. Depuis 2005, les modèles portables d'Apple (MacBook, PowerBook et iBook), sont équipés d'un système de ce type, et on en trouve également dans les portables d'Acer, HP et Lenovo (ex IBM). Par ailleurs, affirment les initiateurs de ce projet, il existe dans le commerce des modèles d'accéléromètres à connecter sur une prise USB. Les propriétaires d'ordinateurs de bureau peuvent donc participer aussi. Pour l'instant, le logiciel n'existe que pour les Mac mais une version pour Windows est promise pour bientôt.

Le réseau de failles dit de San Andreas coupe la Californie par une ligne passant par San Fransisco et Los Angeles. Les deux plaques tectoniques jointives glissent l'une contre l'autre. Du côté de l'océan Pacifique (à gauche sur la carte), la plaque monte à peu près vers le nord). En rouge sont figurées les zones affectées par les grands tremblements de terre de 1857, 1872 et 1906. © Sandra S. Schulz et Robert E. Wallace/USGS

Sismomètres baladeurs

« Nous n'essayons pas de prévoir les séismes, explique Jesse Lawrence au magazine Technology ReviewNous essayons d'obtenir des informations très rapidement pour pouvoir prévenir les populations. » Une fois connectés à Internet, les ordinateurs sont localisés grâce à leur adresse IP ou de façon plus précise encore si l'utilisateur indique lui-même au logiciel où il se trouve. Le réseau peut ainsi fonctionner avec des ordinateurs portables par essence plutôt promeneurs. Le logiciel fonctionne en tâche de fond et ne requiert que peu de ressources puisqu'il se contente d'interroger l'accéléromètre et d'envoyer les données éventuelles. Un réseau de serveurs recueille toutes les informations, centralisées et analysées en permanence. Le système doit alors les comparer pour ne retenir que les secousses enregistrées par plusieurs ordinateurs, éliminant ainsi les petits chocs individuels ou l'enregistrement du passage d'un camion.

Le projet QCN ne fait que commencer (les logiciels sont d'ailleurs encore en version bêta) et ne concerne que deux zones, entourant San Francisco et Los Angeles, deux villes très menacées. Mais le succès de l'opération pourrait amener l'équipe à l'étendre et faire des émules dans d'autres régions du monde...

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi