Loin de la foule circulant au pied des pyramides, l’Égypte renferme un autre trésor, bien plus méconnu. Il s’agit du désert blanc et de son impressionnant paysage sculpté par le vent.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Formation d'un cristal à l'échelle atomique Un cristal de sel est filmé durant sa formation à une résolution encore jamais atteinte : atomique ! © 2021 American Chemical Society

Pour la plupart d’entre nous, le désert se représente par une vaste étendue de sable jaune ou ocre formant d’immenses dunes, sous un climat aride, à l’image de la Grande mer de sable. Pourtant, la région de la dépression de Farafra, dans le centre de l’Égypte, nous dévoile un tout autre paysage. Ici, les dunes sont blanches et les roches prennent des formes étranges. Nous sommes au cœur du désert blanc, un parc national couvrant plus de 300 km2dans le désert du Sahara.

L'étonnant paysage du parc national du désert blanc. © Nomo, <em>Wikimedia Commons</em>, CC by-sa 2.5
L'étonnant paysage du parc national du désert blanc. © Nomo, Wikimedia Commons, CC by-sa 2.5

Un désert de craie

De loin, on pourrait se croire dans un désert de glace et de neige, tant le paysage est d’un blanc immaculé. Il fait pourtant plus de 45 °C en été et en s’approchant plus, on se rend compte qu’il ne s’agit que de sable. Un sable bien particulier, qui doit sa couleur à sa composition : du calcaire.

Au milieu de cette étendue désertique et extrêmement aride s’élèvent de petits dômes de craie qui semblent sortir du sable comme des champignons blancs. Sous l’assaut du vent qui les façonne, certains prennent des formes plus excentriques, mesurant parfois plusieurs mètres de haut.

Un bloc de craie en équilibre précaire, résidu des dépôts calcaires d'une ancienne mer. © L-BBE, <em>Wikimedia Commons</em>, CC by 3.0
Un bloc de craie en équilibre précaire, résidu des dépôts calcaires d'une ancienne mer. © L-BBE, Wikimedia Commons, CC by 3.0

La nature de ces roches, mais également la présence de nombreux fossiles d’animaux marins, nous indiquent que la région était autrefois occupée par une mer dans le fond de laquelle se sont déposés ces niveaux de craies. Ces dépôts calcaires dateraient ainsi de la fin du Crétacé, soit environ 60 millions d’années. Durant le Miocène (environ 20 millions d’années), ces niveaux de craies auraient subi une intense karstification, la roche calcaire étant progressivement rongée au contact d’une eau chargée en acide carbonique. C’est cette étape qui a donné naissance au paysage fantomatique observable aujourd’hui.

Une montagne de cristaux

Dans la partie nord du désert blanc, entre les oasis de Bahariya et Farafra, s’élève l’une des formations les plus emblématiques de la région, connue sous le nom de Crystal Mountain, la montagne de cristal. À la surface de cette formation rocheuse d’aspect chaotique se dressent en effet des milliers de gros cristaux à la forme oblongue et à la couleur laiteuse, parfois rosâtre. Ce sont des cristaux de barite (BaSO4) ou de calcite (CaCO3).

Crystal Mountain dans le désert blanc. © nomo/michael Hoefner, <em>Wikimedia Commons</em>, CC by-sa 2.5
Crystal Mountain dans le désert blanc. © nomo/michael Hoefner, Wikimedia Commons, CC by-sa 2.5

L’origine géologique de cette petite colline et de ces cristaux est pour le moins intéressante, puisqu’il s’agit d’une formation volcanique datant de l’Oligocène (environ 28 millions d’années) composée de roches basaltiques, qui serait remontée sous la forme d’un dôme dans des sédiments plus anciens. L’origine des cristaux de barite ou calcite est à relier à un processus hydrothermal, faisant intervenir une circulation de fluides riches en minéraux et réchauffés au contact des roches. Les sédiments calcaires présents au-dessus de la formation volcanique auraient en effet produit des solutions riches en BaSO4 ou CaCO3. Ces fluides fortement minéralisés et chauds auraient ainsi intensément circulé à l’intérieur des basaltes. Les cristaux auraient ensuite grandi durant le refroidissement de ces fluides au sein des cavités.

Cristaux de barite qui parsèment les roches de la montagne de cristal dans le désert blanc en Égypte. © Viktor Lazić, <em>Wikimedia Commons</em>, CC by-sa 4.0
Cristaux de barite qui parsèment les roches de la montagne de cristal dans le désert blanc en Égypte. © Viktor Lazić, Wikimedia Commons, CC by-sa 4.0

Des veines de barite sont d’ailleurs visibles à de nombreux endroits tout autour de cette zone, témoins de l’intense activité hydrothermale qui régnait dans la région durant l’Oligocène. La beauté si caractéristique de ce désert a évidemment poussé les autorités égyptiennes à le classer récemment en tant que parc national. Cela afin de protéger ces délicates sculptures de craies mais également la vie animale sauvage et fragile résidant dans ce désert.