De nos jours, il ne reste que quatre espèces de poules primitives encore présentes à l’état sauvage ayant chacune leur zone géographique en Asie : le coq doré, le coq de Lafayette, le coq de Sonnerat, et le coq vert de Java. © phototrip.cz, Adobe Stock
Planète

Comment le poulet est-il passé de la forêt à nos basses-cours ?

ActualitéClassé sous :Évolution , Domestication , zoologie

D'un oiseau sauvage au poulet domestique, leur histoire est encore controversée dans la communauté scientifique et beaucoup de biais dans les anciennes études ont participé à la non-compréhension de leur domestication et de leur dispersion dans le monde. Une nouvelle étude, beaucoup plus robuste que les précédentes, apporte de nouvelles précisions sur ce sujet. 

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Un embryon de poule exhibe son système circulatoire  De l’encre révèle l’organisation des vaisseaux sanguins et les battements du cœur d’un embryon de poule âgé de 72 heures (grossissement : 10 x). 

Les poulets sont les animaux domestiques les plus nombreux et les plus communs. On les retrouve partout dans le monde mais leurs origines et les circonstances dans lesquelles ils ont été domestiqués par les Hommes, ainsi que leur transport à travers le Globe restent encore en débat. 

Deux études clés concernant leur domestication sont toujours citées et très rarement contestées. La première étude défend une origine du poulet domestique dans le sud-est asiatique, et la seconde étude une origine dans le nord de la Chine avant de suivre en Europe. Cependant, la validité de ces hypothèses est entravée par plusieurs biais comme la rareté des vestiges archéologiques, les problèmes de récupération des os et la datation. De plus, les os de poulets sont soumis à l'activité des charognards et au déplacement stratigraphique qui participent à la perte de preuves. Des erreurs peuvent donc être engendrées, comme l'a démontré un récent programme de datation au radiocarbone, invalidant l'affirmation que la première apparition du poulet était en Europe. 

Pour évaluer la propagation spatiotemporelle des poulets, les scientifiques ont daté au radiocarbone 23 os de poulets. Les trois quarts ont donné des dates postérieures à celles suggérées par la stratigraphie, indiquant l'importance de la datation directe. Les datations indiquent que les poulets ne sont arrivés en Europe qu'au premier millénaire avant notre ère. © Best et al, 2022, Cambridge University Press on behalf of Antiquity Publications Ltd

Résultats d’une nouvelle étude

Une équipe de recherche internationale a récemment établi un cadre spatial et temporel robuste concernant les origines et la dispersion du poulet - les résultats ont été publiés sur Pnas. Pour faire une étude plus rigoureuse que les précédentes, les chercheurs ont travaillé sur l'occurrence archéologique des poulets et leur statut domestique sur environ 600 sites localisés dans 89 pays. Ils y ont combiné des données zoogéographiques, ostéométriques et contextuelles pour confirmer ou questionner le statut domestique des oiseaux, ainsi que des données morphologiques, stratigraphiques, iconographiques et textuelles. Leurs résultats ont fini par suggérer que les poulets n'ont pas été domestiqués dans le sous-continent indien mais dans le centre de la Thaïlande où les premiers os de poulets domestiques se trouvent (à Ban Non Wat, exactement), datés d'il y a environ 3.250 à 3.650 ans. Il semblerait qu'ils soient ensuite arrivés en Chine centrale, en Asie du Sud ou encore en Mésopotamie il y a environ 3.000 ans, et finalement en Éthiopie et en Europe méditerranéenne il y a 2.800 ans.

Mosaïque du IIe s. av. J.-C retrouvée dans la maison du Labyrinthe à Pompéi, montrant un combat de coqs. © Strocka 1991

Concernant les circonstances de leur première domestication, les études montrent un lien étroit entre la propagation de la culture du riz et du mil, et les premières apparitions des poulets. Les pratiques agricoles, notamment la production et le stockage des céréales, auraient donc pu servir d'aimant et initier le processus de domestication des poulets : les graines de céréales auraient attiré les oiseaux sauvages de la jungle vers les rizières pour se nourrir, et ils se seraient peu à peu habitués aux Hommes pour finir intégrés au sein des communautés humaines et permettre leur dispersion sur le Globe.

Ganymède avec un coq dans la main sur un grand vase servant à mélanger vin et eau, vers 490-480 av. J.-C. © Musée du Louvre

Pour conclure, les études soutiennent donc que la dispersion des poulets domestiques s'est produite plus récemment que ce à quoi on s'attendait. De plus, ils n'ont pas été considérés comme de la nourriture immédiatement, mais plutôt comme des biens exotiques car ils étaient appréciés pour leurs plumes, leurs couleurs et sont beaucoup retrouvés dans l'art.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !