En mer, l'environnement fournit plusieurs énergies : le soleil, le vent, les vagues, la houle, la variation de température avec la profondeur et le courant. Multiplier les sources est donc une bonne manière de disposer d'un approvisionnement fiable pour garantir une autonomie énergétique en mer. © GEPS Techno

Planète

L’énergie de la houle récupérée dans un système autonome

ActualitéClassé sous :énergie renouvelable , énergie solaire photovoltaïque , énergie de la houle

Additionner les énergies renouvelables pour garantir l'autonomie d'un engin à la mer : c'est le credo de GEPS Techno. Cette société d'ingénierie a été primée lors des prix EDF Pulse 2017 pour une bouée générant de l'électricité grâce au soleil et à l'action du vent, ce qui évite le recours à des groupes électrogènes.

En mer, une plateforme flottante jaune se balance avec la houle. Elle porte des panneaux solaires et des instruments de mesure (températures, vents...). Leur énergie leur vient donc du soleil... mais pas seulement. À l'intérieur, de l'eau passe d'un compartiment à un autre, entraînant en rotation une structure centrale, laquelle actionne un générateur électrique. Voilà donc récupérée un peu d'énergie des vagues. Telle est la bouée Octopusea, un des produits de l'entreprise GEPS Techno, société d'ingénierie de Saint-Nazaire.

« L'autonomie énergétique en mer, c'est notre idée première, explique Jean-Luc Longeroche, son directeur-général. Nous mettons au point des sources d'énergie multiples, le soleil, la houle mais aussi le vent et les courants. Fondamentalement, nos systèmes sont hybrides. » Quand la mer est d'huile, le soleil est là, et quand le temps est couvert, la mer s'agite souvent.

L'invention peut être déclinée de plusieurs manières et à différentes échelles. Le programme de R&D, baptisé IHES (Integrated Harvesting Energy System), a débouché sur une application originale. Récupérer l'énergie de la houle peut aussi servir à stabiliser l'engin, navire ou plateforme. De tels stabilisateurs existent déjà mais ceux de GEPS Techno s'en servent pour produire de l'électricité, injectée dans le réseau de bord. « Soit environ 30.000 euros d'économie par an et par bateau » résume Jean-Luc Longeroche.

Cette bouée flotte sur les vagues et en récupère l'énergie, tout en captant aussi celle du soleil avec ses panneaux photovoltaïques. Avec ce genre de système, déclinable à plusieurs échelles et sous différentes formes, il est possible d'alimenter de façon fiable des installations en pleine mer. © GEPS Techno

Diversifier les sources pour l'autonomie énergétique en mer

Il y a donc de multiples manières de récupérer de l'énergie en mer, et pas seulement pour une production massive d'électricité alimentant les réseaux terrestres. « Le développement des énergies marines pour le réseau, c'est long et cher, et les investisseurs peuvent hésiter. Le marché que nous avons identifié, c'est celui de l'autonomie, qui se rentabilise bien plus rapidement. » Aujourd'hui, l'expression « éolien en mer » renvoie plutôt à l'idée de grands parcs côtiers.

D'ailleurs, l'un des produits de GEPS Techno est justement une bouée venant assister temporairement une éolienne en panne. Il suffit d'amener la barge à énergie houlomotrice et solaire jusqu'à l'installation arrêtée et de la connecter en lieu et place. L'impact de l'avarie sur la santé de chaque éolienne sera réduit au minimum. L'innovation a valu le prix EDF Pulse 2017 dans la catégorie Smart Business. Avec l'océan, on ne plaisante pas et il faut faire ses preuves. Plusieurs bouées autonomes ont montré qu'elles résistaient au milieu marin. « Cet automne, celle installée près de l'île d'Oléron a subi des creux de 10 m. Les mesures sont restées bonnes. »

Cela vous intéressera aussi

L'autonomie énergétique en mer, c'est possible  Cette bouée récupère l'énergie de la houle et du soleil. Elle peut remplacer temporairement une éolienne marine en panne. Le principe, inventé par GEPS-Tecnho, peut servir à d'autres applications nécessitant une autonomie énergétique en mer. L'innovation a reçu le prix EDF Pulse 2017 dans la catégorie Smart Business.